20ème Festival de la Rochelle: le comité de sélection «frappé» par «le manque de diversité» de la production française

294

Le comité de sélection du 20e festival de la fiction audiovisuelle de la Rochelle, qui se tiendra du 12 au 16 septembre, a été «frappé» par «le manque de diversité» de la production française, a déclaré à la presse la semaine dernière son président Yves Bigot, patron de TV5Monde.

Calcul à l’appui, il a révélé que 83% d’une soixantaine d’oeuvres soumises au comité, «tous genres et chaînes confondus», traitaient «de meurtres, assassinats, enlèvements et disparitions d’enfants, couples infernaux, familles dysfonctionnelles et de maladies…» Et «la plupart du temps réunis dans la même oeuvre», a ironisé celui qui préside cette année le comité de sélection du festival, où sont attendus plus de 35.000 spectateurs et 2.200 professionnels.

Il a toutefois rassuré en ajoutant qu’il y avait, malgré tout, des «choses tout à fait réussies» mais que «ce constat» posait néanmoins «la question fondamentale au coeur de la réforme de l’audiovisuel public» lancée par le gouvernement : «comment s’adresse-t-on au jeune public ?». Le grand débat traditionnel du Festival, qui se tiendra dans la matinée du 14 septembre, portera sur cette réforme qui doit faire l’objet d’un projet de loi d’ici la fin de l’année, en présence de la ministre de la Culture Françoise Nyssen. Cette dernière «nécessairement a des choses à dire aux producteurs, aux créateurs, aux réalisateurs…», a fait valoir Yves Bigot. «Aux chaînes, elle le dit déjà régulièrement», a-t-il continué, rappelant que Mme Nyssen «convoquait» les représentants des six entreprises audiovisuelles publiques «tous les quinze jours pour travailler sur la réforme».

En outre, il a souligné que la réforme aiderait à améliorer la diversité dans les fictions télés. Rappelant l’effet de «miroir» de la télévision et son influence sur les comportements du téléspectateur, qui «est aussi un citoyen et un électeur», il a estimé que «l’esprit de la réforme et la loi qui vont nous arriver iront dans le sens d’encourager justement plus de diversité». Les chaînes, «pour la plupart, ont perdu le public des moins de 30 ans», voire des moins de 40 ans, a-t-il poursuivi, regrettant des programmes qui «ne correspondent plus nécessairement» à leurs attentes.

La sélection du festival pour la première fois comprend des programmes produits directement pour Youtube, a-t-il indiqué, évoquant «une fracture» entre ce que proposent les chaînes traditionnelles et les plateformes de streaming. La comédienne belge Marie Gillain présidera cette année le jury du festival qui décernera 16 prix le 15 septembre au soir, parmi 42 oeuvres de fiction dont 10 séries et films européens et sept séries francophones étrangères.