Action anti-pub: 6 membres des «Déboulonneurs» relaxée

19

 

Six membres du collectif anti-pub des «Déboulonneurs», poursuivis pour avoir barbouillé en 2009 des panneaux publicitaires à Paris, ont été relaxés lundi par le tribunal correctionnel de Paris. C’est la 2ème fois que la justice rend une telle décision. En 2010, huit membres du collectif avaient déjà été relaxés au nom de la liberté d’expression, mais le parquet avait fait appel. La cour d’appel de Paris avait finalement condamné deux d’entre eux à une amende de 200 euros d’amende en juin 2012. Lundi, le tribunal correctionnel a retenu «l’état de nécessité» invoqué par les prévenus et de la liberté d’opinion définie par l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme. L’un des prévenus, Yvan Gradis, a expliqué qu’à «titre personnel», il arrêtait les actions de «barbouillage», consistant à inscrire des slogans hostile à la publicité sur des panneaux d’affichage, «pendant un an». Le collectif va demander à être reçu en «urgence» par la ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, a-t-il déclaré. 

A l’audience le 25 février, la procureur avait requis une amende de 200 euros, ferme contre ceux qui ont un casier judiciaire, avec sursis pour les autres. Quatre d’entre eux se trouvaient dans le 1er cas de figure, deux dans le 2nd, selon les «Déboulonneurs». Il s’agissait du 8eme procès de membres des «Déboulonneurs» à Paris, le 19eme au niveau national, selon le collectif.