Arianespace : un premier contrat commercial pour Ariane 6

28

Arianespace a annoncé lundi un premier contrat commercial pour Ariane 6, avec l’opérateur satellitaire Eutelsat, ce qui lance la carrière sur le marché du futur lanceur européen, dont le premier vol est prévu en 2020.
Après les premiers contrats de lancement institutionnels il y a un an, «Ariane 6 a avec Eutelsat le premier client pour le géostationnaire» commercial, s’est félicité Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace, au premier jour de la World Satellite Business Week, grand rendez-vous du spatial à Paris.
L’accord porte sur des services multi-lancements de cinq satellites géostationnaires jusqu’en 2027. Il concrétise la volonté affichée dès 2014 par Eutelsat, qui s’était porté candidat au premier vol d’Ariane 6. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Arianespace a également annoncé lundi pour Ariane 6 un nouveau contrat de lancement institutionnel, avec le CNES (Centre national d’études spatiales) et la Direction générale de l’armement (DGA), pour le satellite français d’observation militaire CSO-3.
Ces annonces portent à cinq lancements le carnet de commandes d’Ariane 6. Le futur lanceur européen, qui remplacera l’actuelle Ariane 5 après 2020, avait déjà été choisi il y a un an par l’Agence spatiale européenne (ESA) et la Commission européenne pour deux lancements institutionnels de satellites destinés au système de navigation européen Galileo. Si ces trois missions institutionnelles étoffent le carnet de commandes d’Ariane 6, Stéphane Israël a rappelé que d’autres contrats institutionnels doivent encore être signés pour consolider le futur lanceur européen. «Nous avons besoin que les contrats institutionnels continuent à être engagés», a-t-il martelé. «Quand on regarde la compétition, elle bénéficie de gigantesques contrats, et pour nous battre à armes égales vis-à-vis de cette compétition, nous avons besoin d’organiser notre clientèle institutionnelle européenne».
La concurrence est notamment américaine avec SpaceX, la société du milliardaire Elon Musk (également derrière le fabricant de voitures électriques Tesla), et tend à s’étoffer avec l’arrivée prévue sur le marché des lanceurs de la société Blue Origin du fondateur d’Amazon, Jeff Bezos.
Ariane 6 sera 40% moins chère à produire que l’actuelle Ariane 5, tout en s’appuyant sur l’héritage de sa devancière, qui a réalisé avec succès plus de 80 lancements d’affilée. La transition entre les deux lanceurs s’étalera de 2020 à 2023.