Catherine SCHÖFER, Directrice générale de Paris Première et téva

70

Cette saison, Paris Première compte «affirmer sa singularité » à travers des programmes originaux qu’on ne voit pas ailleurs tandis que téva, leader des chaînes payantes sur les femmes souhaite «surprendre». Rencontre avec Catherine SCHÖFER, Directrice générale de Paris Première et téva.

Quel pari éditorial investissez-vous cette année sur Paris Première ?

Plus que jamais libre, chic, unique et culturelle, Paris Première ne ressemble à aucune autre chaîne. Au 1er semestre 2018, elle a réalisé sa meilleure vague historique et a été la chaîne payante la plus regardée avec 10,5 millions de téléspectateurs par mois, leader CSP+ parmi les généralistes. Débat, liberté d’expression et plaisirs de la vie, nous cultivons l’éclectisme de l’antenne. L’actualité politique et culturelle est revisitée chaque semaine par «Zemmour & Naulleau» et «Ça balance à Paris» qui revient dans une formule centrée sur la critique avec de nouveaux chroniqueurs. Nous installons une nouvelle émission de débat et de libre-échange, «Chez Moix», animée par Yann Moix. Produit par Catherine Barma, ce magazine hebdomadaire de 2ème partie de soirée sera tournée à la Bellevilloise et réunira des «intelligences discordantes». Quant à l’esprit et l’humour, «La Revue de Presse» et la captation des «Grosses Têtes» reviennent cette année. A cela s’ajoutent des Prime événementiels de «La Bataille du Rire», une compétition en direct où deux équipes d’humoristes s’affrontent sur scène. L’art de vivre est l’une des dimensions de la chaîne. Avec «Très Très Bon» et sa déclinaison le «Très Très Bon Déjeuner» animés par François-Régis Gaudry, nous goûterons aux plaisirs de la vie à la Paris Première pour parler gastronomie le week-end. Nous conversons enfin nos cycles cinéma. Les prochains seront dévolus à Jean-Paul Belmondo (1 documentaire, 11 films) et Clint Eastwood (2 documentaires et 7 films).

Éclectisme également dans vos documentaires et spectacles sur Paris Première ?

Nous investissons chaque année dans une quinzaine de documentaires de 52 et 90’. Nous allons fêter les 50 ans de la première publicité télévisée avec un film dédié, «Histoire(s) de pub» ainsi qu’un marathon où l’on diffusera les meilleures réclames. Le 23 septembre prochain, Paris Première programmera un documentaire sur la mode, «Paris/Londres : Capitale du style VS Royaume de la mode», emmené par deux influenceuses. A venir également, un documentaire qui veut savoir si l’on peut rire de tout. Beaucoup de spectacles sont prévus sur la chaîne cette saison avec près de 40 directs. Nous débutons le 26 septembre avec Pierre Palmade qui revient avec un seul-en-scène inédit au Théâtre de l’Atelier à Paris. Nous proposerons aussi «Le grand gala de l’humour politique», «Il était une fois Jean-Marie Bigard» en direct du Palais des Glaces, «Tout est bon dans le Macron» en direct du Théâtre des 2 ânes, sans oublier les inévitables «Miss Monde» et «Miss Univers 2018».

Passons à téva qui depuis 22 ans n’a pas beaucoup fait évoluer son format…

La ligne éditoriale n’a pas changé et c’est ce qui fait sa force. J’essaie d’y amener des nouveautés dans les différents genres qui l’identifie. Cela fait très longtemps que nous avions envie de trouver un magazine bien-être. Avec l’arrivée de Laury Thilleman, nous allons apprendre chaque semaine pendant 26’ à être «Happy & Zen». Produite par 3ème Œil Productions, la première a été tournée en Bretagne. Côté série, nous sommes tombés sous le charme de «The Bold Type» (10X42’) qui suit les aventures de trois amies new-yorkaises qui réalisent leur rêve en travaillant pour un magazine féminin à succès. Drôle et légère, la série parle avec modernité de féminisme et de sujets de société. A venir aussi les saisons inédites de «Crazy Ex-Girlfriend» (saison 4), «Younger» (saison 5), «Reign : Le destin d’une reine» (saison 3 et 4) et «Code Black» (saison 1,2 et 3).

Nouvelle ambition sur les documentaires pour téva ?

En documentaire, nous avons renforcé et modifié en effet notre offre pour donner plus de place aux sujets ambitieux, engagés et portés par un auteur-réalisateur. Pour se distinguer, on mise sur des films comme «Weinstein : un an après» (52’) qui revient sur l’onde de choc de l’affaire Weinstein en France et ses conséquences. Actuellement en préparation, «Seule à deux» (52’) ou comment être une fille-mère au 21ème siècle. Nous avons fait aussi une grande enquête sur «Les Françaises au lit» (90’). Au-delà du documentaire, l’ambition est de renouveler aussi l’humour au féminin. téva s’illustre cette année par la saison 2 de «Vie de mère» (60X2’) avec Véronique Gallo et par le «téva Comedy Show» où une dizaine d’humoristes femmes se rassemblent pour rire à l’Alhambra. Nous voulons pérenniser ce rendez-vous animé par Arnaud Tsamere.