E. KESSELER (Public Sénat) : «L’ancrage territorial est un vecteur de développement majeur»

90

Emmanuel KESSLER, Président Directeur Général de Public Sénat

Plus de Parlement, de territoires, de débats et de numérique, Public Sénat expose aujourd’hui sa nouvelle ambition pour «donner les clés de compréhension de la vie parlementaire et politique». Rencontre avec Emmanuel KESSLER, Président Directeur Général de Public Sénat.

media+

Vous évoquez une rentrée «conquérante» pour Public Sénat. Qu’entendez-vous stratégiquement ? 

Emmanuel KESSLER

Nous souhaitons montrer à quel point Public Sénat s’adresse à la jeunesse. Il s’agit d’une chaîne dynamique et innovante qui remplit largement ses missions. Servis par l’actualité, nous voulons montrer à quel point l’action du Sénat est en phase avec les préoccupations des Français. Ces derniers ont besoin d’information dans la proximité. C’est pourquoi nous le faisons à travers la matinale déployée désormais 7 jours sur 7, mais aussi grâce à notre nouveau magazine de l’emploi. Cette année est marquée aussi par l’arrivée de Jérôme Chapuis à l’animation d’un débat après la diffusion de documentaires qui interrogent la société autour de tous les grands défis auxquels elle doit faire face.

media+

Comment évolue votre politique numérique ?

Emmanuel KESSLER

Elle se renforce ! Les usages ont tellement évolué que la télévision n’est plus qu’un écran parmi d’autres. Cette année, en coproduction et partenariat avec la chaîne Twitch Accropolis, en ligne sur publicsenat.fr et Twitch le mercredi à 17h, nous lançons «Questions aux sénateurs», un rendez-vous animé par deux jeunes YouTubeurs de la politique (Jean Massiet et Hugo Travers). Pour la première fois, nous allons faire dialoguer un sénateur ou une sénatrice avec le jeune public. Ce format totalement inédit et 100% web permet aux citoyens de réagir en direct via un Chat, dans un exercice de rapprochement entre les élus et les jeunes.

media+

Quel est l’âge moyen de votre public ?

Emmanuel KESSLER

Il varie. En télévision, cela se situe autour de 50 ans. Sur le digital, plus du tiers de notre audience est constituée des 18-35 ans. C’est très encourageant. Avec les bons formats, Public Sénat peut vraiment séduire un public jeune.

media+

La rentrée est-elle placée sous le signe de la synergie entre Public Sénat et LCP ?

Emmanuel KESSLER

Absolument ! Nous avons essayé d’envoyer un signal fort avec la mise en place d’une conférence de presse commune (lundi matin, ndlr) à travers laquelle nous avons présenté le travail en commun des chaînes qui a débouché sur des synergies nouvelles tout en respectant l’identité et la spécificité de chacune. Il s’agit d’une coopération intelligente que nous avons mise en place avec Bertrand Delais (PDG de LCP). Au fond, nous défendons ensemble le canal 13 de la TNT à travers des lignes éditoriales qui ont leurs caractéristiques mais aussi avec une mission commune et une volonté d’attirer de plus en plus de téléspectateurs.

media+

Pour résumer, quelle est votre ambition ?

Emmanuel KESSLER

Faire évoluer Public Sénat vers le média global, à 360° et demeurer au cœur du débat pour donner les clés de compréhension des enjeux de notre temps aux téléspectateurs, en se différenciant de ce qu’ils voient ailleurs dans le paysage audiovisuel. La nouvelle signature de la chaîne, «Au cœur des territoires» s’applique à l’antenne puisque nous sommes présents au salon de l’agriculture chaque année, en retransmettant le congrès des maires de France, et en organisant des journées délocalisées en région.