Ecrans publicitaires dégradés : 3 jeunes condamnés

27

Trois jeunes gens ont été condamnés mardi par le tribunal correctionnel de Paris à des peines allant d’une amende à trois mois de prison avec sursis pour avoir dégradé en 2010 des écrans publicitaires numériques dans le métro, a-t-on appris mercredi auprès de leur avocate Me Irène Terrel.
Un jeune homme a été condamné à trois mois de prison avec sursis, une jeune femme à un mois de prison avec sursis, un troisième prévenu écopant quant à lui d’une amende de 800 euros dont 500 avec sursis. Selon leur avocate, les trois prévenus sont proches du collectif antipub des «Déboulonneurs», à l’origine de nombreux «barbouillages» de panneaux publicitaires au grand jour, mais ne s’en sont pas revendiqués.
Selon un membre des Déboulonneurs, les trois prévenus étaient poursuivis pour «31 actions clandestines» dans le métro parisien, lors desquelles 75 écrans publicitaires ont été brisés ou barbouillés.