I. BUCHER (Quad Télévision) : « Sur une série historique comme « Victor Hugo » pour France 2, tout coûte plus cher »

97

Iris BUCHER, PDG & Productrice Quad Télévision

MEDIA +

Après la diffusion hier soir des deux premiers épisodes de la mini-série «Victor Hugo, ennemi d’État», France 2 propose ce mardi, les 2 dernières parties en Prime Time. Quelle est l’origine de ce projet ?  

Iris BUCHER

Il s’agit d’une idée que j’ai eue il y a une douzaine d’années. Il n’y a jamais eu de films consacrés spécifiquement à la vie de cet homme de lettres. C’est en lisant la correspondance échangée entre Victor Hugo et sa maîtresse, Juliette Drouet que j’ai eu un déclic. Ça m’a paru incroyablement riche d’un point de vue fiction avec énormément de rebondissements, de tensions et de suspenses. Dans le passé, j’avais tenté de vendre le projet en fiction mais ça n’avait pas fonctionné. Des années après, mon ami producteur Luc Martin-Gousset m’a fait part de l’envie de France 2 de se réapproprier le récit national et les grands hommes. En réunion avec la chaîne, il a fait référence à mon projet sur Victor Hugo. Cela m’a valu un appel de France 2, ce qui n’arrive jamais dans la vie d’un producteur ! Dix jours plus tard, ce projet de mini-série de fiction était signé avec le pôle documentaire. J’ai proposé à Luc Martin-Gousset (Point du Jour) d’être mon coproducteur.

MEDIA +

Quel dispositif de production avez-vous mis en place sur la mini-série «Victor Hugo, ennemi d’État» ?

Iris BUCHER

Le développement a duré plus d’1 an. Il y a eu ensuite 4 mois de préparation, 42 jours de tournage et 4 mois de post-production. Sur une série historique, tout coûte généralement plus cher (près de 5M€ de budget pour un 4X52’, ndlr). Nous avons fait venir les costumes de Madrid et de Londres sachant qu’il y a peu de choix en France. Il y a aussi un coût important lié à la préparation. Par exemple, quand vous habillez les femmes et que vous les coiffez comme à l’époque, cela prend deux heures de plus que sur une série contemporaine.

MEDIA +

Avez-vous l’ambition de vendre la série «Victor Hugo» à l’international ?

Iris BUCHER

Beta est le distributeur allemand qui a le mandat pour la distribution internationale. Ils ont débuté leur travail au dernier MIPCOM.

MEDIA +

Quad Télévision se spécialise-t-elle dans la fiction historique ?

Iris BUCHER

Non, c’est un concours de circonstances. Il s’avère que je rentre en tournage pour TF1 le 14 novembre prochain d’une série historique de 8X52’ qui se passe à la fin du 19èmesiècle. «Le Bazar de la Charité» est un projet qui m’a été amené par Catherine Ramberg. Il s’agit d’une création totalement originale inspirée d’un fait divers qui a eu lieu en mai 1897 à Paris. La série retrace le destin de trois femmes dans le Paris de la Belle Époque bouleversé par le tragique incendie du Bazar de la Charité, édifice en bois abritant une manifestation caritative très courue. La catastrophe coûtera la vie à 126 victimes, essentiellement des femmes de la haute société et leur personnel. Les trois femmes impactées par la catastrophe seront incarnées par Audrey Fleurot, Camille Lou et Julie de Bona.

MEDIA +

Avez-vous acquis des formats de fiction ?

Iris BUCHER

Oui, nous tournons actuellement l’adaptation de la série espagnole «Vis-à-vis» pour M6 en 6X52’. Baptisée provisoirement «Piégée», la série met en scène Elodie Fontan qui incarne le personnage d’Anna Rivière, jeune directrice financière accusée à tort du meurtre d’un informaticien de son entreprise et qui se retrouve plongée dans le monde pénitentiaire. Elle doit lutter dans l’enfer qu’est la prison tandis que son père (Jean-Luc Anglade) et son frère (Vincent Rottiers) mettent tout en oeuvre pour prouver son innocence. Nous devons livrer la série à M6 en juillet.

MEDIA +

Poursuivez-vous la production de «Meurtres à…» pour France 3 ?

Iris BUCHER

J’ai créé la collection «Meurtres à …» en 2012 avec un premier épisode de 90’ tourné à Saint-Malo. Depuis, France 3 a commandé 45 films à différents producteurs. De mon côté, j’en produis 1 par an. Nous sommes actuellement en montage de «Meurtres en Moselle». Nous travaillons aujourd’hui sur le patrimoine industriel au sens plus large. L’intrigue s’ouvre sur le meurtre de l’ancien directeur du haut-fourneau d’Uckange.

LES DIRIGEANTS

Iris BUCHER

PDG & Productrice

COORDONNEES

31-33, rue Madame de Sanzillon 

92110 Clichy

DATE DE CREATION

2011

PRODUCTIONS

«Disparue» (F2), «Le Secret d’Élise » (TF1), «Victor Hugo, ennemi d’État» (F2) ,…