Les fictions locales toujours plus nombreuses et populaires

45

Selon la dernière édition du Scripted Series Report d’Eurodata TV Worldwide (Médiamétrie) qui analyse la programmation de séries de plus de 100 chaînes dans 12 pays, les séries restent en 2018 un formidable boosteur d’audience à travers le monde, notamment en Prime Time. «Le dynamisme du marché des séries se traduit notamment par la part importante de nouveautés dans les tops nationaux : au global, 45% des tops 15 séries sont trustés par des nouveautés, en progression de 3 points par rapport à l’an dernier. Cette année encore, l’archétype de la série à succès est un drame policier produit localement», note Candice Alessandra, Responsable d’Etudes et de Clientèle d’EurodataTV Worldwide. Quel que soit le pays, chaînes et téléspectateurs sont friands de séries nationales. Sur les chaînes principales des pays étudiés, les 2/3 des séries diffusées en Prime sont produites localement, soit 5 points de plus que l’an dernier. En termes d’audience, les séries nationales représentent 3/4 des séries vues sur cette tranche, soit, là aussi, une progression de 5 points. A l’inverse, les importations sont en baisse aussi bien en termes de programmation qu’en termes de consommation. Des disparités existent entre les pays. C’est en Israël, en Turquie et aux Etats-Unis que la part de séries nationales diffusées en Prime est la plus importante. A l’autre bout de l’échelle, on retrouve 2 pays scandinaves, la Suède et le Danemark. Enfin, c’est en Italie que l’écart entre offre et consommation en Prime Time est le plus grand : si les séries italiennes représentent 41% de l’offre, elles comptent pour près de 2/3 de la consommation. Le caractère nouveau d’une série est aussi un facteur de succès : dans 8 pays sur 12, la série la plus populaire en prime-time est une nouveauté. C’est par exemple le cas en Turquie avec «Lifeline» ou en Suède avec «The Restaurant», deux nouveautés produites localement. Comme l’année dernière, le drame demeure le genre le plus programmé en Prime dans les 12 pays étudiés avec plus de 70% de l’offre de séries, le reste étant des comédies ou des soaps/telenovelas. Certains pays font figure d’exception comme Israël, où les comédies sont majoritaires. Lorsqu’on affine un peu plus les genres, le poids écrasant des drames policiers dans l’univers des séries ressort : ils représentent ainsi près de 4 séries diffusées sur 10. Séries dramatiques (hors policier, action, fantastique, science-fiction ou drame historique) et sitcoms suivent et complètent le podium. Ici encore, le contraste est fort entre certains pays.  En Allemagne et aux Pays-Bas, les drames policiers sont plus nombreux. Au Danemark, les sitcoms sont 3 fois plus programmés en prime-time que dans la moyenne des chaines des autres pays. Les soap opéras, moins présents en Prime dans les pays étudiés, restent très populaires auprès des téléspectateurs : c’est notamment le cas des soap opéras au Royaume-Uni «(Coronation Street», «Emmerdale»), et aux Pays-Bas («Goede Tijden Slechte Tijden»). En France, 3 chaînes principales (TF1, France 2, France 3) ont désormais chacune leur soap national («Un si grand soleil», «Demain nous appartient», «Plus Belle La Vie»). Fait nouveau cette année, la forte présence des séries dramatiques dans les Top 15 nationaux ; dans 5 des 12 pays étudiés, la série n°1 en Prime est d’ailleurs une série dramatique. Il existe des séries importées qui s’imposent à l’étranger. En Prime, plusieurs séries importées arrivent à se placer dans les top 15 nationaux. C’est notamment le cas de «The Good Doctor» (USA) et de «Midsomer Murders» (UK) qui se positionnent dans les tops 15 de 3 pays étudiés. Parmi les fictions importées diffusées en Prime, plusieurs nouveautés s’imposent hors de leurs frontières: des drames américains comme «The Handmaid’s Tale» et «The Assassination of Gianni Versace» mais aussi une comédie, «Young Sheldon».Au global, 60% des programmes des «tops 10 des séries importées» sont américains ou britanniques.

Les pays scandinaves et l’Allemagne se distinguent également avec des séries comme Beck (Suède) ou Rebecka Martinson (Danemark).