N. MELHLI (ALEF ONE) : «Le marché de la coproduction internationale n’a jamais été aussi mûr»

178

Nora MELHLI, Productrice & Présidente d’ALEF ONE

MEDIA +

Vous concentrez-vous sur l’adaptation d’œuvres littéraires ?

Nora MELHLI

Non, c’est avant tout une logique d’opportunités et d’envie. Sur l’adaptation de livres, nous partons d’une idée, d’un univers et nous créons ensuite des scénarios avec des auteurs. Un livre n’est pas prédécoupé et il y a souvent des fils d’histoire qui méritent d’être tirés. Nous venons d’acquérir les droits d’adaptation des livres de Ghyslain Wattrelos «Vol MH370 Une vie détournée» (Flammarion) et de Florence de Changy «Le vol MH370 n’a pas disparu» (Les Arènes). Gilles Bannier assurera la création et la réalisation de cette mini-série de 6 épisodes de 52’ qui racontera la plus grande énigme de l’histoire de l’aviation civile. Des discussions sont en cours avec des diffuseurs. Il s’agira d’une coproduction internationale.

MEDIA +

Qu’est-ce qui vous incite à adapter tel ou tel livre ?

Nora MELHLI

C’est totalement subjectif. A chaque fois, ce sont des opportunités. Lorsque j’ai entendu au printemps dernier à la radio, la réaction de Ghyslain Wattrelos à l’annonce de l’arrêt des recherches sur le Vol MH370, il m’est apparu nécessaire de raconter cette histoire. Quand j’achète des droits, je ne sais pas comment je vais les financer ni qui seront les diffuseurs. L’autre livre dont j’ai acquis les droits s’appelle «On ne meurt pas la bouche pleine» (Plon) d’Odile Bouhier et Thierry Marx. Il s’agit d’un thriller gastronomique dont nous avons débuté l’écriture.

MEDIA +

De par votre expérience, la coproduction internationale est un modèle familier…

Nora MELHLI

La complexité du marché fait que nous n’avons jamais eu autant d’opportunités. Sur les coproductions internationales, il faut trouver le projet idéal pour une coproduction organique. Il est important d’avoir un partenaire étranger qui a la même vision. Chose importante, aucun des projets ne se fait avec 10 partenaires autour de la table. Il faut être très peu pour le développer. Ensuite, nous allons chercher des distributeurs et des financements. Auparavant, les distributeurs prenaient un mandat, distribuaient, prenaient une commission et rétrocédaient les recettes avec le producteur. Aujourd’hui, comme il y a de plus en plus de concurrence et des potentiels à l’international pour la distribution, les minimums garantis sont quasiment obligatoires pour qu’un projet puisse se monter. Les enjeux pour les distributeurs sont en train d’évoluer considérablement.

MEDIA +

Les producteurs qui initient les coproductions se plaignent souvent de la lenteur du processus…

Nora MELHLI

Pour les montages financiers, le marché n’a jamais été aussi mûr que maintenant. Les frontières sont très poreuses. On voit de plus en plus de diffuseurs programmant des séries étrangères (hors séries américaines).

MEDIA +

Développez-vous également des scénarios orignaux?

Nora MELHLI

Oui, c’est le cas. Le premier est une dramédie écrite par Marc Herpoux, «Happiness» (8X52’) sur la dictature du bonheur et le cynisme de notre société. Nous développons aussi la série de comédies «Les petits juges», une sorte d’Hippocrate dans le monde judiciaire avec une écriture rythmée.

MEDIA +

Avez-vous repéré des formats de fiction ?

Nora MELHLI

Je suis en discussion avec des partenaires étrangers pour quelques adaptations

MEDIA +

Quels types de documentaires aimeriez-vous produire ?

Nora MELHLI

Je n’ai jamais eu de ligne éditoriale précise. En revanche, mes films, séries et documentaires ont un ADN commun : faire une radiographie de la société à un instant T.

LES DIRIGEANTS

Nora MELHLI

Présidente

Arthur ESSEBAG

Associé

COORDONNEES

78 Avenue Marceau, 75008 Paris

DATE DE CREATION

Printemps 2018

PRODUCTIONS

«Happiness» ; «Les petits jusges», «On ne meurt pas la bouche pleine» (en développement), …