P. BAILLY (NPA Conseil) : «Plus d’1 Français sur 5 regarde chaque jour au moins un programme en SVOD»

Philippe BAILLY, Président de NPA Conseil

2017-2018 s’achève sous le double sigle – OTT et SVOD – qui marque un nouveau virage pour le secteur audiovisuel. Dans son étude «TélévisionS», le cabinet NPA Conseil dresse les 6 tendances clés du secteur. Entretien avec Philippe BAILLY, Président de NPA Conseil.

media+

La montée en puissance de la SVOD et de l’OTT est-elle inéluctable ?

Philippe BAILLY

Début janvier, nous avons pu mettre en place avec Harris Interactive une mesure extrêmement riche sur la SVOD. Elle fédère environ 2.500 interviews par jour dans lesquelles les Français sont interrogés sur ce qu’ils ont regardé la veille, en particulier en SVOD (plateformes, programmes et écrans). Au cours de la saison, la SVOD est montée en puissance dans les usages alors que traditionnellement nous avions plutôt une courbe d’audience de la TV qui fléchit à l’approche des beaux jours. Sur la SVOD, nous enregistrons depuis 1 mois, de semaine en semaine, de nouveaux records. Plus d’1 Français sur 5 regarde au moins un programme en SVOD chaque jour. Au titre des «success story» à relever, «La Casa de Papel» (Netflix) qui a déjà été visionnée en France par 17 millions de personnes. Manifestement, c’est une série qui terminera au-delà des 20 millions de téléspectateurs. Sur la saison à venir, nous prédisons une montée en puissance de l’OTT avec une multiplication de l’offre issue des studios américains. En 2019, l’offre TV de Disney est attendue. D’un point de vue technologique, les assistants vocaux devraient changer notre façon de décider ce que l’on regarde puisqu’il sera possible de donner des instructions, par la voix, à nos box et téléviseurs.

media+

Face au succès de la SVOD, les offres linéaires sont-elles cannibalisées ?

Philippe BAILLY

Pas vraiment ! Les utilisateurs de SVOD consomment également la télévision linéaire dans une proportion assez proche. Ce sont des gourmands de toutes les formes de vidéo. A ce titre, ils surconsomment le replay et sont plus abonnés que la moyenne des Français aux chaînes de télévision payantes. Il s’agit d’un public sensiblement plus jeune que la moyenne des Français (plus de 60% des 15-34 ans).

media+

Allons-nous vers une implosion de la TNT ?

Philippe BAILLY

On a l’habitude de parler de la TNT comme d’une catégorie à part entière. Mais en regardant de plus près, l’ambition de l’offre de programmes, le niveau des audiences et par voie de conséquence le niveau des revenus publicitaires, a tendance à séparer deux types de chaînes. D’un côté, il y a les filiales de grands groupes qui peuvent rentrer dans des logiques de programmation collective avec des droits très puissants. Ça a été particulièrement marqué cette saison avec le sport. (Ex/ la demi-finale de l’Europa League sur W9 ou la finale de la Ligue des Champions sur C8). Ces droits creusent l’écart avec une deuxième catégorie de chaînes TNT qui ne peuvent pas s’appuyer sur des dynamiques de groupes (comme NRJ12 ou Gulli).

media+

La fiction française connaît de nombreux succès. Quelles perspectives lui donnez-vous ?

Philippe BAILLY

La fiction française inédite est de plus en plus présente dans les grilles en Prime Time. Le genre domine le classement des audiences de la fiction. Clairement, il y a eu un basculement il y a 3-4 ans au terme duquel nous ne sommes pas encore allés complétement. En revanche, les séries américaines ont plus de mal à se renouveler. Sur des plateformes comme Netflix, elles sont consommées sur des thématiques qui ne trouveraient pas nécessairement leur place dans une programmation de première partie de soirée. On constate un partage de territoires éditoriaux avec d’un côté, la fiction de genre en SVOD et de l’autre, de la fiction misant sur des thématiques plus traditionnelles (policier, drame, comédie) sur les chaînes historiques.