RTL talonnée par France Inter, se maintient en tête des audiences des radios à la rentrée

61

RTL se maintient en tête des audiences des radios à la rentrée mais se retrouve talonnée par France Inter, en grande forme, tandis qu’Europe 1 poursuit sa chute malgré la transformation de sa grille. D’après les chiffres de Médiamétrie dévoilés jeudi, mesurés en septembre et octobre, cette période a été globalement défavorables aux radios, Inter se classant parmi les rares exceptions : RTL a cédé 0,2 point d’audience cumulée par rapport à un an plus tôt, soit 11,8%, devant France Inter (+0,4% point à 11,5%) et NRJ (-0,9 point à 9,8%). franceinfo est également en baisse à 8,1% (-0,4 point), tout comme RMC (-0,5 point à 7,3%) et France Bleu (-0,5 point à 6,6%). «RTL fait une bonne rentrée, on maintient notre leadership sur tous les critères et on progresse notamment sur les grandes nouveautés de la rentrée», les émissions de Pascal Praud et de Caroline Dublanche (transfuge d’Europe 1), a commenté Christopher Baldelli, dirigeant de la première radio de France. «Le monde de la radio est très concurrentiel, il y a quelques années c’est NRJ qui contestait notre leadership, désormais c’est France Inter. Les challengers changent, mais le leader reste RTL», dit-il. Pour Radio France, «C’est la meilleure rentrée de l’histoire du groupe, avec plus de 14,7 millions d’auditeurs quotidiens et une part d’audience en progression sur un an à 27%», a souligné sa patronne Sibyle Veil, soulignant les «performances historiques» de France Inter, dont la matinale qui avait décroché le scoop de la démission de Nicolas Hulot reste la plus écoutée de France avec près de 3,9 millions d’auditeurs, et de France Culture, avec une audience cumulée qui bondit de 27% à 2,8%. Le signe, selon elle, que «l’offre du service public est irrésistible». Europe 1 a quant à elle chuté d’un point à 6,2%, un nouveau plus bas pour la station généraliste du groupe Lagardère hors période estivale. Et elle pointe désormais au 9e rang des radios nationales, dépassée par Skyrock (6,5%) et Nostalgie (6,3%). Les nombreux changements mis en oeuvre à la rentrée par son nouveau patron Laurent Guimier, dont l’arrivée très médiatisée de Nikos Aliagas aux commandes de matinale, n’ont pas provoqué pour le moment d’électrochoc. «Il n’y a pas encore de rebond visible», a commenté Laurent Guimier dans un entretien au Monde. «Ce sera très long, je l’avais dit. Cependant, j’ai la conviction que nous tenons le bon positionnement», a-t-il ajouté. «Pas question de tout casser après 80 jours ! La stabilité et la rigueur permettront le retour des auditeurs que mérite notre superbe marque», a-t-il complété sur Twitter, alors qu’une précédente tentative de relance de la station il y a un an avait déjà échoué. Plus globalement, les Français ont été moins nombreux à écouter la radio en cette rentrée, avec une durée d’écoute en recul de 3’. Dans ce contexte défavorable, «RMC est relativement stable et reste sur ses bases : nous sommes toujours la 3e radio généraliste de France, la 2e radio généraliste privée et la 1ère chez les moins de 50 ans», a souligné Guénaëlle Troly, nouvelle dirigeante de la station du groupe Altice. Selon elle, «la rentrée a été moins fournie en actu», ce qui couplé à un possible effet météo, explique la petite baisse de régime du média radio. NRJ, pour sa part, revendique le titre de «première radio de France chez les auditeurs de moins de 65 ans», comme le relève Maryam Salehi, directeur délégué de NRJ Group, qui évoque les «bonnes performance» de deux tranches phares, la matinale de Manu et la nouvelle émission de 17 à 20h00 de Cauet, lequel faisait son grand retour sur son antenne. En outre, Nostalgie, autre station de NRJ Group, revendique la plus forte progression parmi les radios musicales (+0,4 point).