V. DHERS (Studio 89) : «Les candidats de Top Chef sont payés au smic horaire à la semaine»

60

MEDIA +

«Top Chef» est une marque historique qui fête ses 10 ans sur M6. Quel type de renouvellement artistique avez-vous mis en place sur le programme ? 

Virginie DHERS

En 10 ans, l’émission a connu des évolutions significatives en matière de positionnement. Depuis 3 ans par exemple, nous avons instauré «la guerre des brigades», un enjeu qui a permis de relancer la mécanique avec des chefs aux personnalités différentes. Il s’agit d’un bon moyen de dynamiser la compétition, de challenger tout le monde et de monter d’un cran. Pour la 10ème saison qui démarre mercredi soir sur M6, on se dirige vers de plus en plus d’excellence afin de crédibiliser «Top Chef» aux yeux de la profession. Cette année, nous enregistrons un record avec la présence de nombreux chefs 3 étoiles, ce qui fait un cumul de 100 étoiles cette saison. 

MEDIA +

Que représente «Top Chef» en guise de production ?

Virginie DHERS

Entre la phase préparatoire, le casting et la post-production, cette émission occupe nos équipes toute l’année. La préparation de «Top Chef» débute en mai. Nous tournons ensuite courant octobre-novembre. A cela s’ajoute le montage qui s’étend entre octobre et avril. (La saison 9 de «Top Chef» a réuni en moyenne 3.1M de téléspectateurs et 24% des FRDA<50 ans soit +2pts sur 1 an, réalisant ainsi sa meilleure saison depuis 5 ans, ndlr).

MEDIA +

Comment optimisez-vous le casting de «Top Chef» ?

Virginie DHERS

Nous mettons en place une équipe de casteurs qui connaît très bien le milieu de la cuisine. Ils entreprennent un travail d’enquête consistant à appeler les restaurateurs, repérer les talents, rechercher les chefs promis à un grand avenir. En parallèle, par le biais d’un appel à témoin, une partie du casting est ouverte à tous.

MEDIA +

Comment testez-vous les candidats ?

Virginie DHERS

En organisant des tests culinaires filmés ! Ce n’est jamais évident pour un cuisinier d’expliquer, de commenter et de transmettre ce qu’il est en train de faire face à une caméra. On leur impose deux épreuves : la première sur un plat libre à réaliser dans un temps donné, et la deuxième à partir d’un panier imposé. Pour les juger, nous faisons appel à un meilleur ouvrier de France ainsi qu’un critique culinaire. Au final, 15 candidats sont sélectionnés.

MEDIA +

Ces candidats sont-ils rémunérés ?

Virginie DHERS

Les participants sont payés au smic horaire à la semaine, sur tous les jours de tournage.

MEDIA +

En matière de storytelling, sur quoi vous focalisez-vous cette année ?

Virginie DHERS

Sur le culinaire pendant les épreuves. Et justement, on ne peut rien prévoir : échec, réussite, incident,…

MEDIA +

«Top Chef» est la seule compétition culinaire à la télévision française qui existe encore…

Virginie DHERS

Parce que nous avons réussi à nous renouveler à la fois sur les chefs, les brigades et le concept. C’est un concours de professionnels, jugés par des professionnels.

MEDIA +

Des téléspectateurs pointent du doigt la longueur de l’émission. Avez-vous trouvé le bon timing ?

Virginie DHERS

L’émission dure 2 heures pour 3 épreuves. Comme pour la précédante saison. Il y a toujours une deuxième partie de soirée qui sera cette année un cours de cuisine réalisé par de grands chefs. Un format spécifique sera aussi disponible pour 6play.

LES DIRIGEANTS

F. DUHAYOT

DG

COORDONNEES

114 Avenue Charles de Gaulle, 92200 Neuilly-sur-Seine

DATE DE CREATION

2014

PRODUCTIONS

«Top Chef» (M6)