A. BERGER (The Oligarchs Productions) : «Il y a plus de Russes et d’Américains qui regardent «Le bureau des légendes» que de Français»

739

MEDIA +

Lundi 6 avril sur Canal+, «Le Bureau des Légendes» revient pour une 5ème saison. Cette série vous occupe-t-elle à l’année ?

Alex BERGER

Oui, nous y consacrons plus de 11 mois par an. Le 12ème mois est dédié à la repeinte des décors implantés à la Cité du Cinéma. D’ailleurs, pour la première fois en 6 ans, nous avons dû les démonter pour cause de moisissure en dessous d’une partie de l’infrastructure.

MEDIA +

Installer un décor en dur permet d’amortir les coûts ?

Alex BERGER

C’est plus complexe que ça. En 2008, avec Eric Rochant, nous sommes partis à Brooklyn au Steiner Studios pour rencontrer et travailler avec les showrunners de «Damages» et «Bloodline». Nous voulions comprendre comment les Américains parvenaient à produire entre 12 et 24 épisodes d’une série par an. On a très vite compris qu’il fallait une unité de lieu où était réuni à la fois la salle d’écriture, le montage, les bureaux et les studios, pour gagner du temps. Sur ce modèle, nous avons monté des studios en dur pour avoir un seul lieu où tout le monde transitait. Très rapidement, on a réussi à trouver notre économie. C’était un risque au départ puisque Federation Entertainment et TOP avaient investi 2,5 M€ dans le décor. Et pour l’amortir, nous devions signer au moins 3 saisons avec Canal+.

MEDIA +

Face au succès, le business de l’exportation s’est-il mis en route ?

Alex BERGER

Oui mais à partir de la 2ème saison. Les diffuseurs étrangers veulent savoir si une série va durer avant de l’acheter. La 1ère chaîne à avoir acquis «Le bureau des légende» en ayant vu les premiers épisodes était VRT, la chaîne belge-flamande. A ce jour, la série est distribuée sur 100 marchés à travers le monde. Ça nous a totalement dépassés. Il y a d’ailleurs plus de Russes et d’Américains qui regardent «Le Bureau des Légendes» que de Français. Pour qu’une série française comme la nôtre fonctionne aussi bien dans d’autres pays, cela prouve notre niveau d’exigence. Le rythme d’une saison livrée par an change beaucoup de choses.

MEDIA +

Le système de production porte ses fruits…

Alex BERGER

Ce mécanisme était très distinctif en 2013. J’ose espérer que les producteurs de séries réfléchissent aujourd’hui à ce processus. Les Anglo-Saxons et les Scandinaves ont déjà éprouvé le modèle. Ce que je gère aujourd’hui n’est pas seulement une production mais une marque à engagement émotionnel. Les téléspectateurs ont investi 10 heures de leur temps par saison, soit 50 heures au total pour 5 saisons.

MEDIA +

Et concernant les adaptations étrangères ? 

Alex BERGER

Nous sommes en négociation avec Paramount aux États-Unis. J’ose espérer qu’il y aura une version américaine de la série. Nous avons aussi entamé des discussions en Asie et en Europe.

MEDIA +

Un mot sur le budget ?

Alex BERGER

La 5ème saison du «Bureau des légendes» a couté 22,3 M€. A périmètre égal, les Américains disposent de 45 à 55 M$ pour produire une saison. Nous essayons d’attirer les meilleurs talents en réalisation, en interprétation et en écriture. En saison 5, nous avons tourné sur 3 continents et 6 pays.

MEDIA +

Quelle suite donnerez-vous au «Bureau des Légendes» ?

Alex BERGER

Je tiens à préserver la marque tout en la faisant vivre, peu importe le format de 10X52’. Nous donnons la liberté aux auteurs de définir ce que sera la suite.

MEDIA +

D’autres projets en cours ?

Alex BERGER

Nous développons des formats de 52’ pour les chaînes et les plateformes, aussi bien en comédie qu’en dramédie. Nous ferons des annonces dans quelques semaines.

LES DIRIGEANTS

Alex BERGER

Producteur exécutif

Éric Rochant

Showrunner

COORDONNEES

20 rue Ampère

93200 Saint-Denis 

DATE DE CREATION

2008

PRODUCTIONS

«Le Bureau des Légendes» (Canal+); «The Oligarchs» (en développement); …