A. DELAHOUSSE (BFM Paris) : «Notre cible, ce sont les actifs»

1613

Alexis DELAHOUSSE, Directeur de la rédaction de BFM Paris

BFM Paris reste pour sa 2ème saison au service des téléspectateurs. Lancée en novembre dernier, la chaîne continue d’informer les Franciliens en temps réel sur la vie dans la capitale et en Ile-de-France. Rencontre avec Alexis DELAHOUSSE, Directeur de la rédaction de BFM Paris qui nous évoque les enjeux de la saison.

media+

Que vous reste-t-il à installer sur BFM Paris ?

Alexis DELAHOUSSE

Nous sommes sur de bons rails. BFM Paris est en train de trouver son public. En qualité de chaîne locale, nous ne sommes pas mesurés par Médiamétrie au quotidien. En revanche, les deux vagues d’audiences que nous avons demandées l’an dernier ont été positives puisque 2,2 millions de personnes nous regardent chaque mois. La matinale en semaine portée par Aurélie Blonde et Maxime Cogny est vraiment un rendez-vous important qui attire jusqu’à 0,8% de pda, du lundi au vendredi, entre 6h et 9h en direct. A travers ces bons signaux, nous avons beaucoup d’ambition. BFM Paris partage son studio avec d’autres chaînes du groupe, et en particulier avec BFM Sport.

media+

Quel bassin d’audiences touchez-vous ?

Alexis DELAHOUSSE

La chaîne est accessible gratuitement aux douze millions de Franciliens sur le canal 30 de la TNT gratuite et 38 des box SFR ainsi que sur l’application et le site internet de la chaîne : bfmparis.com. BFM Paris s’adresse à un public qui va être amené à bouger dans la journée, à étudier ou à sortir. Notre cible, ce sont les actifs.

media+

Quel est l’effectif de BFM Paris ?

Alexis DELAHOUSSE

Pour une bonne partie, nous travaillons avec les équipes de BFMTV et BFM Business. Pour ce qui est des journalistes, nous en avons une quarantaine : 31 permanents et une dizaine en contrat plus court. Sur le terrain, il y a toujours une douzaine de personnes pour couvrir les événements.

media+

Comment s’opèrent les synergies entre BFMTV et BFM Paris ?

Alexis DELAHOUSSE

Cela va dans les deux sens. Nous sommes aujourd’hui sur un équilibre pérenne. Un petit quart des contenus de BFMTV vient sur BFM Paris. Et comme BFMTV a un spectre beaucoup plus large que le nôtre, nous leur soumettons près de 10% de nos contenus.

media+

Quelle est votre logique de fabrication de reportages ? 

Alexis DELAHOUSSE

Il y a deux aspects dans la dimension «laboratoire» de BFM Paris. Nous sommes la seule chaîne de télévision en France à utiliser le smartphone comme outil de tournage principal. Un concept technologiquement avancé qui nous permet d’être ultra-réactif et au plus près du quotidien des Franciliens. Nous travaillons avec des iPhone 6S et 7. Nous parvenons déjà à proposer une antenne hyper cohérente et dynamique parce que nous travaillons avec les autres entités du groupe. Nous avons aussi des habillages de bonne qualité. Aux Etats-Unis, ce type de chaînes locales, très tournées vers le service, sont extrêmement populaires. C’est pourquoi, sur le modèle de BFM Paris, nous réfléchissons à des projets de chaînes régionales urbaines axées sur d’autres villes et agglomérations.