Amélioration du crédit d’impôt audiovisuel : réaction de l’USPA

35

Dans le cadre du projet de loi de finances 2021, l’Assemblée Nationale vient d’adopter deux amendements améliorant le dispositif du crédit d’impôt audiovisuel. Le premier permet d’inclure, pour les exercices 2021 et 2022, la captation de spectacle vivant à un taux de 25% dans le dispositif du crédit d’impôt. Le second porte le taux du crédit d’impôt des oeuvres documentaire de 20 à 25% et relève en conséquence le plafond par minute. «Dans le cadre de la crise sanitaire qui touche plus particulièrement ces deux catégories d’oeuvres audiovisuelles, ces amendements constituent une véritable avancée», explique l’Union Syndicale de la Production Audiovisuelle (USPA) dans un communiqué de presse. L’USPA remercie ainsi «Aurore Bergé et l’ensemble des parlementaires, ainsi que la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, et le gouvernement pour ces modifications apportées au crédit d’impôt audiovisuel». L’USPA appelle désormais les sénateurs à se prononcer dans le même sens. Ces amendements permettent d’avoir désormais «un dispositif qui couvre l’ensemble des oeuvres audiovisuelles aidées par le Centre national du cinéma et de l’image animée et de combler une partie de l’écart avec le mécanisme s’appliquant aux oeuvres cinématographiques et au crédit d’impôt international». L’objectif à terme reste d’avoir «un traitement équitable, tant sur le taux que sur le plafond, pour les oeuvres audiovisuelles par rapport aux oeuvres cinématographiques ou aux oeuvres étrangères fabriquées sur notre territoire».