Anne FAUCONNIER (Europe 1, RFM, Virgin Radio) : «Europe 1 n’émet plus en grandes ondes depuis 1er janvier 2020. Un choix assumé par la station»

536

Mardi 31 décembre 2019, Europe 1 a éteint son émetteur Grandes Ondes. Un choix assumé et tourné vers le numérique pour la radio du groupe Lagardère. L’occasion d’évoquer ce sujet avec Anne FAUCONNIER, Secrétaire générale des radios du groupe Lagardère, Europe 1, RFM, et Virgin Radio.

media+

Europe 1 a coupé sont émetteur ce 31 décembre. Pourquoi ce choix ?

Anne FAUCONNIER

Les habitudes d’écoute étant en évolution et l’utilisation des supports numériques se multipliant, Europe 1 n’émet plus en grandes ondes depuis le 1er janvier 2020. Un choix assumé par la station qui a toujours fait preuve d’innovation dans sa manière de penser et de concevoir l’écoute de ses programmes. La présence renforcée d’Europe 1 sur les enceintes connectées et son émission prochaine sur le DAB+, sont autant d’éléments nécessaires à la modernisation de l’offre radiophonique. Enfin, l’approche environnementale a également motivé cette décision. Quitter les grandes ondes c’est aussi protéger l’environnement. Depuis quelques années, d’autres radios à l’étranger et en France ont aussi fait le choix de ne plus être diffusées en GO.

media+

Où se situe l’émetteur Grandes Ondes d’Europe 1 et quelle est son histoire ?

Anne FAUCONNIER

L’émetteur se situe dans la Sarre, à quelques kilomètres de la frontière française sur les communes de Wallerfangen et Überherrn. La diffusion Grandes Ondes a démarré en 1955 à la naissance d’Europe 1. A l’époque, le seul moyen de diffusion de la radio était en ondes longues. Le développement de la FM a permis ensuite une diffusion de meilleure qualité. Puis, les nouveaux modes de diffusion via internet, les applications mobiles, et bientôt le DAB+ permettent désormais une écoute de qualité en mobilité, atout de la radio.

media+

Cet émetteur représentait-il un coût financier important ?

Anne FAUCONNIER

Toute diffusion a un coût, et l’objectif est de se tourner vers l’avenir. Comme dit précédemment, les habitudes d’écoute ont évolué au détriment de l’écoute en grandes ondes pour la FM ou tout autre moyen d’écoute et les supports numériques se multiplient.

media+

N’avez-vous pas «peur» de perdre des fidèles de la station ?

Anne FAUCONNIER

Nous sommes bien évidemment très attentifs aux remarques de nos auditeurs et comme nous le faisons depuis toujours via notre service relation auditeurs, nous répondrons à chacune de leurs questions. A noter que les chiffres fournis par Médiamétrie sont issus du déclaratif et montrent une tendance constante à la baisse depuis 15 ans.