Apple chute en Bourse malgré des résultats records 

164

Apple s’est assuré des résultats financiers trimestriels et annuels record grâce aux prix élevés de ses iPhone, qui coûtent en moyenne 800 euros, mais s’est vu lourdement sanctionné en Bourse jeudi dernier en raison notamment de prévisions de fin d’année jugées timides. La déception des investisseurs a eu pour effet de faire passer brièvement la capitalisation du groupe sous la barre symbolique des 1.000 milliards de dollars franchie pour la première fois le 2 août. Vers 23H30 GMT, le titre se repliait encore de 6,62% à 207,50 dollars dans les échanges électroniques d’après clôture à Wall Street. Les marchés ont mal accueilli les prévisions de ventes, jugées trop timides, pour la fin de l’année, une période habituellement faste pour la marque à la pomme, qui table sur 89 à 93 milliards de dollars de chiffre d’affaires, sous la fourchette moyenne des analystes. Lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, le groupe a expliqué sa prudence par plusieurs facteurs: des taux de change défavorables (à hauteur de 2 milliards de dollars) et des incertitudes macroéconomiques dans certains pays émergents. De plus Apple n’est pas certain de pouvoir fabriquer assez d’appareils pour répondre à la demande. Les investisseurs ont aussi mal réagi à l’annonce par le groupe qu’il ne donnerait plus désormais de chiffre de ventes pour ses iPhone, une donnée scrutée de près par les marchés financiers mais qu’Apple considère comme peu révélatrice de sa santé financière. Pourtant, le groupe avait publié des résultats meilleurs que prévu sur le trimestre et sur l’année, parvenant une fois encore à tirer profit des prix très élevés de ses iPhone, qui coûtent environ 175 dollars de plus que l’an dernier en moyenne. «C’était une grande année et un grand trimestre pour l’iPhone», a résumé le PDG Tim Cook, pendant la conférence téléphonique.