Après son best-seller «Patria», l’écrivain espagnol Fernando Aramburu revient sur l’ETA avec un nouveau roman

845

Sept ans après son best-seller «Patria», l’écrivain espagnol Fernando Aramburu revient sur le conflit au Pays basque avec un nouveau roman mettant en scène deux jeunes choisissant de rejoindre l’ETA au moment où l’organisation séparatiste renonce à la lutte armée.

Ce nouveau roman intitulé «Hijos de la fábula», qu’on pourrait traduire par «Enfants de la fable», est en vente depuis mercredi en Espagne et en Amérique latine mais n’est pas encore traduit en français.

Il fait partie avec «Patria» d’une série baptisée «Peuple basque» par l’auteur de 64 ans. Il raconte l’histoire de deux jeunes Basques «radicalisés», Asier et Joseba, qui décident de rejoindre l’ETA «la tête pleine de désir de gloire et de servir l’idéal de leur «patrie»», a expliqué l’écrivain lors d’une présentation du livre mercredi à Madrid.

Mais alors qu’ils attendent des instructions dans un élevage de poulets, ils reçoivent la nouvelle que l’ETA abandonne les actions violentes. Cela donne lieu à «une situation initiale absurde, parce qu’ils n’ont pas d’expérience, pas d’argent, pas de soutien social et surtout pas d’armes, mais ils ont beaucoup d’illusions», de sorte qu’ils décident de «continuer la lutte par eux-mêmes», a détaillé l’écrivain. Selon l’auteur, l’histoire «est nécessairement humoristique». «Ce qui génère l’humour, c’est leur obsession d’être rationnels dans une situation absurde», explique Fernando Aramburu, né à Saint-Sébastien, dans le Pays basque espagnol, mais installé en Allemagne depuis 1985.

Pour trouver le ton, Aramburu dit s’être inspiré principalement de «la littérature anti-guerre et parodique d’Europe centrale», avec des auteurs comme Franz Kafka.

Il précise avoir pris garde pendant l’écriture à ne pas «causer du tort à ceux qui ont souffert» à cause de l’ETA. Fondée en 1959 sous la dictature du général Franco (1939-1975), l’ETA (Euskadi Ta Askatasuna, soit «Pays Basque et Liberté») s’est autodissoute en 2018, sept ans après avoir abandonné la lutte armée.

Plus de 850 morts lui sont imputés. Auteur d’une douzaine de romans et de plusieurs recueils de nouvelles, Fernando Aramburu a connu un succès planétaire avec «Patria», publié en 2016 et traduit dans 35 langues.

Ce livre consacré aux ravages de l’ETA dans un village du Pays basque espagnol est resté en tête des ventes en Espagne jusqu’en 2018 et a été adapté en série télévisée par HBO.