C. GAVIGNET (EndemolShine) : «La cérémonie de « Miss France » repose sur une mécanique précise»

99

Samedi soir, TF1 se met aux couleurs de «Miss France» avec un show millimétré qui tente de se renouveler artistiquement. L’occasion de nous entretenir avec Caroline GAVIGNET, Directrice de Programmes en charge du pôle Entertainment chez EndemolShine France

media+

Comment parvenez-vous à renouveler artistiquement «Miss France» sur TF1 ? 

Caroline GAVIGNET

La cérémonie repose sur une mécanique précise. Le conducteur n’est pas tellement modulable. L’an dernier, nous avions appliqué quelques changements sur la sélection des 12 Miss en créant trois groupes de 10 prétendantes parmi lesquelles certaines étaient sélectionnées, ce qui apportait du suspense. Cette année, le jury est exclusivement féminin. Avec Stéphane Jarny, le metteur en scène, on essaie de placer la barre encore plus haut chaque année. Côté réalisation, on a rajouté une caméra zénithale. Huit tableaux sont prévus dont celui des costumes régionaux en ouverture. Parmi les pics d’audiences habituels : l’ouverture, la sélection des 12 et le couronnement.

media+

Autre projet, «Big Bounce, la course de trampoline» qui débarque le 4 janvier sur TF1. Pouvez-vous nous en parler?

Caroline GAVIGNET

Format d’origine allemande, nous avons tourné l’émission en Hollande dans le plus grand studio d’Europe de 10.000m2. La production exécutive était à la fois allemande, hollandaise et française. Avec la barrière de la langue, même si tout le monde parle anglais, c’était un vrai défi. Cette production ne ressemble à aucune autre. Le réalisateur était allemand mais nous avions évidemment nos équipes de coordination, notre directeur photo, nos médecins, etc. C’est un exercice de style nouveau où nous avons dû apprendre à composer sur place. Dans cette émission présentée par Laurence Boccolini et Christophe Beaugrand, une centaine de candidats de 7 à 54 ans s’affrontent sur un parcours d’obstacles très visuels.

media+

Dans un autre style, M6 proposera bientôt «Together, tous avec moi». Qu’en est-il ?

Caroline GAVIGNET

Il s’agit d’un concours de chant «feel good», avec 50.000€ à la clé. Quand on a découvert le format anglais, «All Together Now», on s’est rendus compte que les stars du programme, c’était ce fameux jury de 100 personnes, hautes en couleurs. Si l’un d’entre eux aime ce qu’il entend, il se lève et chante avec le candidat en place. Les jurés ont tous une légitimité et un rapport à la musique. L’émission est menée de main de maître par Éric Antoine qui a vraiment bien trouvé sa place. Rob Beckett qui est l’animateur anglais sur BBC One est quelqu’un qui vient du one man show. En dix mois, le format s’est exporté dans dix pays.

media+

La greffe des «Enfants de la télé» a-t-elle prise le dimanche sur France 2 ? 

Caroline GAVIGNET

C’était un vrai pari que de relancer la marque. Avec les équipes, nous avons travaillé le format en revenant à la genèse du programme : l’image d’archives. Qui de mieux que Laurent Ruquier pour incarner ce programme, lui qui possède une vraie culture télévisuelle. Pour info, nous avons tourné un Prime sur la thématique de l’humour.

media+

Un mot sur «Prodiges» ?  

Caroline GAVIGNET

L’émission est programmée en Prime les 22 et 29 décembre sur France 2 avec Daphné Bürki à l’animation et Marie Claude-Pietragalla dans le jury. Cette dernière fera d’ailleurs l’objet d’un documentaire «Itinéraire d’une enfant prodige», diffusé en 2ème partie de soirée le 29 décembre sur France 2. Format original, «Prodiges» commence à se vendre à l’étranger.