Canada/média: feu vert conditionnel à la fusion de CTVglobemedia et CHUM

    147

    Les autorités canadiennes ont approuvé vendredi l’offre d’achat amicale de 1,3 milliard de dollars américains du groupe de presse CTVglobemedia sur sa rivale CHUM, mais ont refusé le transfert de cinq stations de télévisions afin de limiter la concentration médiatique. Les deux groupes avaient annoncé leur mariage en juillet 2006 afin de former un géant canadien de la presse écrite et de la télévision, devant le groupe CanWest Global. CTVglobemedia, détenu à 40% par la famille Thomson dont le groupe éponyme a acheté en mai l’agence de presse et le service d’informations financières britannique Reuters, détient déjà la chaîne de télévision la plus populaire au Canada anglais (CTV) et le grand quotidien national The Globe and Mail. Le groupe CHUM compte de son côté une trentaine de stations de radio, 12 stations de télévision et une vingtaine de chaînes spécialisées. Le gendarme des ondes, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), a autorisé vendredi l’union des deux ténors, mais a exigé la soumission d’un plan de vente de cinq stations qui devaient être impliquées dans la transaction. «Cette politique vise à maintenir la diversité des voix dans le système canadien de radiodiffusion», a expliqué le président du CRTC, Konrad von Finckenstein, à l’annonce de la décision, précisant que des exceptions avaient déjà été consenties par le passé mais que les arguments avancées par CTVglobemedia ne les avaient pas convaincu. Des groupes médiatiques canadiens comme Rogers ou Quebecor pourraient tenter de se porter acquéreur des cinq stations (Toronto, Winnipeg, Edmonton, Calgary, Vancouver), qui pourraient être mis en vente sous peu afin d’achever la fusion.