D. BESNEHARD : «Proposer «Mince alors 2» neuf ans après la sortie du premier volet était une erreur»

275

Amoureux du cinéma français, Dominique BESNEHARD était l’un des parrains de la 24ème édition du Festival TV de Luchon. L’occasion pour média+ d’échanger avec cette icône du cinéma français et d’évoquer le succès de sa série «Dix pour cent», mais aussi sa vision de la production française actuelle.

MEDIA +

Quelle a été votre implication lors de la 24ème édition du Festival TV de Luchon ?

Dominique BESNEHARD

En préparant le Festival, Christian Cappe, le fondateur de l’événement, m’a proposé d’animer une chronique afin de valoriser le patrimoine audiovisuel de la télévision. Je suis un amoureux du cinéma et j’aime transmettre. J’ai d’ailleurs le loisir de faire une chronique du même genre le vendredi sur France 5 dans la case «Place au cinéma». 

MEDIA +

Comment le Festival TV de Luchon participe-t-il à une meilleure visibilité des programmes francophones ?

Dominique BESNEHARD

Au Festival TV de Luchon, il y a beaucoup de diversité. Les chaînes sont bien représentées. Il n’y a pas encore les plateformes, peut-être que cela viendra plus tard. La francophonie est très importante, et nous devons participer à une meilleure visibilité des œuvres dans l’espace francophone. Il faut défendre notre langue. C’est une mission que nous remplissons aussi avec le Festival du film francophone d’Angoulême, dont j’en suis le co-directeur.

MEDIA +

Le Festival TV de Luchon a proposé une projection spéciale pour «Dix pour cent». Comment s’exporte la série ?

Dominique BESNEHARD

Le jeudi 10 février 2022, le Festival TV de Luchon a consacré une projection spéciale pour «Dix pour cent». La série connaît un vrai succès à l’international. Nous avons donc décidé de projeter un épisode de la version québécoise, un épisode de la version turque, et un autre de la version Bollywood, mais aussi la bande-annonce de la version anglaise. Je trouve cette dernière version très réussie. Les Anglais savent faire de la fiction, c’est impressionnant. La version turque, quant à elle, est assez aseptisée : il n’y a pas d’homosexuels, il y a le voile. La version indienne est sûrement la plus fidèle à la nôtre.

MEDIA +

D’autres territoires sont-ils intéressés pour adapter «Dix pour cent» ?

Dominique BESNEHARD

Le tournage de l’adaptation italienne de «Dix pour cent» débutera en avril 2022. L’Espagne, l’Allemagne et la Chine ont montré un intérêt pour la série.

MEDIA +

Qu’en est-il de «Dix pour cent» en France ?

Dominique BESNEHARD

Après 4 saisons, nous avons pris la décision de nous arrêter. Nous allons proposer un épisode spécial de conclusion, et après on passe à autre chose. Il faut savoir s’arrêter au bon moment, et là, nous terminerons en beauté. Nous sommes encore en phase d’écriture, le tournage débutera au plus tôt à l’automne 2022. L’acteur américain Kevin Kline a confirmé sa présence au casting. Nous écrivons pour Jodie Foster et espérons qu’elle accepte de nous rejoindre.

MEDIA +

Comment avez-vous perçu le succès autour de «Dix pour cent» ?

Dominique BESNEHARD

«Dix pour cent» montre un certain esprit français. Avec le confinement, les Américains ont découvert la série sur Netflix. Ils ont adoré. En France, sans faire des scores à la «Capitaine Marleau», «Dix pour cent» a eu un réel impact auprès des jeunes.

MEDIA +

Quels sont vos autres projets en cours ?

Dominique BESNEHARD

Nous sommes en phase d’écriture d’une nouvelle série : «Ça, c’est Paris» (Mon Voisin Productions) écrite par Marc Fitoussi. Cette fiction racontera l’histoire d’un célèbre cabaret de la capitale. Je n’en dis pas plus. De plus, nous venons de présenter «Constance aux enfers», un film que j’ai produit avec Miou-Miou et réalisé par Gaël Morel. Concernant le cinéma, j’ai plusieurs projets en tête, mais je reste prudent. En effet, mon dernier film, «Mince alors 2» (avril 2021) n’a pas connu un grand succès, contrairement au premier volet, sorti en salles en mars 2012. Ce dernier est passé tellement de fois à la télévision que la suite au cinéma n’était pas un événement. Proposer «Mince alors 2» neuf ans après la sortie du premier volet était une erreur.

LES DIRIGEANTS

D. BESNEHARD

Co-fondateur

Michel FELLER

Co-fondateur

COORDONNEES

46 avenue de Breteuil 75007

DATE DE CREATION

2008

PRODUCTIONS

«Dix pour cent», «Mince alors», «L’Amour dans le sang», «Constance aux enfers»…