D. JUBIN (STUDIOCANAL ORIGINAL) : «Adaptée de la série «Fleabag», «Mouche» est notre toute première production pour CANAL»

280

Ce lundi 3 juin sur CANAL+ est diffusée la série «Mouche», une Création Originale de 6X26’ produite par Banijay Studios France et STUDIOCANAL ORIGINAL, librement adaptée de la série «Fleabag». Entretien avec Dominique JUBIN, Directrice générale de STUDIOCANAL ORIGINAL.

média+ : «Mouche» est la toute première production de STUDIOCANAL ORIGINAL, nouvelle filiale de production de STUDIOCANAL créée en octobre 2018. Quelle est la genèse de la série ?

Diffusée à partir du lundi 3 juin sur CANAL+, «Mouche» est une comédie transgressive librement adaptée de l’œuvre de Phoebe Waller-Bridge, la série anglaise à succès «Fleabag». Banijay Studios France a littéralement sauté sur les droits de la série produite par Two Brothers et distribuée mondialement par all3media international limited. Ça a été une longue négociation. Quand les droits francophones ont été acquis, ils sont venus me voir pour que l’on travaille ensemble sur l’adaptation française, alors que la structure de STUDIOCANAL ORIGINAL n’existait pas encore. Nous sommes allés voir CANAL+ et la chaîne a accepté le projet.

Comment s’est partagé votre travail de coproduction ?

Sur la série «Mouche», Banijay Studios France et STUDIOCANAL ORIGINAL sont les producteurs délégués. Quant à la production exécutive, elle est assurée par Banijay. Notre collaboration s’est faite de manière très fluide. Dès le départ, nous voulions qu’une femme prenne en main le projet, de l’adaptation à la réalisation pour une meilleure cohérence et justesse d’adaptation. A cet égard, les 6X26’ de cette comédie engagée ont été écrits et réalisés par Jeanne Herry («Elle l’adore», «Pupille»). Pour incarner «Mouche», Camille Cottin s’est prêtée au jeu avec brio.

Quel savoir-faire pensez-vous avoir apporté sur le format de 26’ ?

Le 26’ reste un format compliqué, plutôt destiné à la comédie. Mais comme nous étions tous absolument fan du texte original de la série «Fleabag», il aurait été absurde de faire quelque chose de différent. Nous avons une série de personnages qui se dévoilent au fil des épisodes. On y aperçoit également une profondeur inattendue à travers le portrait doux-amer d’une jeune femme moderne en apparence sûre d’elle, vorace sexuellement, semblant contrôler sa vie mais au fond totalement blessée et perdue.

Quelle est la feuille de route de STUDIOCANAL ORIGINAL ?

A travers cette structure de production, l’idée pour le Groupe CANAL+ et STUDIOCANAL est de produire des séries pour la télévision tout en ayant les droits patrimoniaux. C’est aujourd’hui le nerf de la guerre. Notre envie est de produire également pour tous les diffuseurs. En matière de projets, tout est ouvert. Je n’ai aucun a priori. J’admire les séries d’auteurs.

Des projets en cours ?

Nous commençons à développer avec le réalisateur Erick Zonca «The Gang» (titre de travail), une série autour d’une femme chef de gang, entourée de très jeunes hommes.