Décès du costumier français aux quatre César, Christian Gasc

84

Christian Gasc, costumier français aux quatre César qui avait créé pour le cinéma, l’opéra et le théâtre et était aimé des artistes lyriques, est décédé à l’âge de 76 ans, a-ton appris vendredi dernier auprès de son curateur. 

Le corps de M. Gasc a été découvert mardi soir à son domicile parisien, a précisé cette source. Il a conçu des costumes pour 50 films, remportant trois César consécutifs dans les années 90 pour «Madame Butterfly» (une adaptation de l’opéra de Puccini par Frédéric Mitterrand), «Ridicule», un film de Patrice Leconte situé à la cour de Versailles, et «Le Bossu», un film de cape et d’épée de Philippe de Broca. 

Il reçoit un quatrième César pour «Les Adieux à la reine» (2012), un drame historique autour du personnage de Marie-Antoinette (Diane Kruger), écrit et réalisé par Benoît Jacquot. C’est avec ce metteur en scène et réalisateur qu’il conçoit ses plus belles créations pour l’opéra: «Werther» de Massenet (2010) et «La Traviata»  de Verdi (2014), à l’Opéra de paris. 

Des stars du lyrique n’ont pas tari d’éloges sur lui à l’annonce de son décès. «J’ai aimé Christian Gasc. L’homme, le magnifique, l’ange.(…) J’ai adoré son regard qui vous voyait plus beau que vous êtes, et qui par un talent merveilleux vous embellissait encore», a tweeté le baryton français Ludovic Tézier. 

La grande soprano Angela Gheorghiu s’est dite profondément attristée par la mort du créateur qu’elle a décrit dans un tweet comme un costumier «extraordinaire et au talent inégalé». Né à Dunes dans le Tarn-et-Garonne dans une famille modeste, il a été élevé par un père mécanicien et une mère couturière qui lui donnera le goût du cinéma dès le plus jeune âge. 

À 19 ans, il s’installe à Paris, où il rencontre Liliane de Kermadec, qui lui propose de travailler sur les costumes de son film  «Aloïse» (1975), interprétée par Isabelle Huppert et Delphine Seyrig. 

Il enchaînera dès lors les collaborations avec des réalisateurs stars (Jeanne Moreau pour «Lumière», François Truffaut pour «La Chambre verte», Jean-Luc Godard pour «Passion») et d’autres moins connus. 

Il sera tout aussi prolifique au théâtre, avec une cinquantaine de collaborations, dont Catherine Hiegel pour sa production de «L’Avare» de Molière à la Comédie-Française en 2009. Il recevra en 2003 le Molière du créateur de costumes pour «L’Éventail de Lady Windermere» d’Oscar Wilde, au Théâtre du Palais-Royal à Paris.