Des salariés d’un magasin Apple de New York ont entamé le processus de création d’un syndicat

330

Des employés du magasin Apple situé dans la gare mythique de Grand Central à New York ont entamé le processus de création d’un syndicat, ce qui serait une première pour un magasin de l’entreprise aux États-Unis, selon un site internet lancé par ces salariés.
Sous la bannière «Fruit Stand Workers United» (FSWU, les travailleurs unis du stand de fruits), ce groupe a commencé à recueillir les signatures : il doit convaincre au moins 30% des salariés du magasin pour demander officiellement l’organisation d’un vote approuvant ou rejetant la création d’un syndicat dans l’établissement. Ils se sont affiliés en février à l’organisation Workers United, bannière sous laquelle se sont organisés plusieurs cafés Starbucks ces derniers mois, elle-même affiliée au puissant syndicat du secteur des services SEIU. Workers United a confirmé l’adhésion des travailleurs d’Apple.
«Comme tant de campagnes ces derniers temps, celle-ci a été initiée et est emmenée, par les travailleurs eux-mêmes», et non par un syndicat traditionnel, a souligné l’organisation dans un message. «Nous reconnaissons l’immense bravoure et le courage dont ces travailleurs font preuve pour défendre leurs droits, et nous les soutiendrons à chaque étape», est-il ajouté. Sur le site internet de FWSU, les initiateurs du mouvement soulignent que «Grand Central est un magasin extraordinaire avec des conditions de travail uniques qui rendent un syndicat nécessaire pour garantir à notre équipe le meilleur niveau de vie possible dans ce qui s’est avéré être une période extraordinaire entre la pandémie de Covid-19 en cours et une inflation des prix sans précédent pour notre génération». Ils veulent notamment être payés au moins 30 dollars de l’heure et plus de congés payés.
Le groupe explique vouloir protéger pour l’instant l’identité des travailleurs ayant lancé l’initiative. Selon le «Washington Post», qui cite des employés souhaitant rester anonymes par peur de perdre leur emploi, les salariés d’au moins trois autres magasins Apple dans le pays sont en train de s’organiser.
S’ils parviennent à leurs fins, Apple rejoindrait Starbucks et Amazon sur la liste de multinationales faisant actuellement face aux États-Unis à une campagne de syndicalisation. Après la création d’un syndicat dans deux cafés Starbucks en décembre à Buffalo, dans le nord du pays, des employés de plus de 160 établissements de la chaîne ont depuis déposé des dossiers pour l’organisation d’un vote.
Chez Amazon, les salariés d’un entrepôt new-yorkais ont créé la surprise début avril en votant à majorité en faveur de la création d’un syndicat, une première dans le groupe aux États-Unis. Les salariés d’un autre entrepôt, situé de l’autre côté de la rue, doivent voter fin avril pour rejoindre le même syndicat, Amazon Labor Union. Et lundi, l’agence chargée de superviser le droit du travail dans le pays, NLRB, a indiqué avoir reçu suffisamment de signatures pour l’organisation d’une élection dans un entrepôt à Bayonne, dans le New Jersey, employant environ 200 salariés. Ils voteront pour rejoindre, ou non, le syndicat International Brotherhood of the Trade Union.