Elu PS assigné pour critiques qualité service: Noos-Numéricâble débouté

    162

    Le câblo-opérateur Noos-Numéricâble, qui avait assigné devant le tribunal de grande instance de Paris un conseiller municipal (PS) de Metz ayant critiqué la qualité de son service, a été débouté, a-t-on appris lundi de source judiciaire. La 17ème chambre du TGI de Paris a estimé que Dominique Gros avait agi de bonne foi en critiquant le câblo-opérateur dans un article intitulé «Assez de Miséricâble» et paru en septembre 2006 dans «Le Chardon», trimestriel de la fédération de la Moselle du PS, avant d’être mis sur l’Internet, a indiqué Me Xavier Iochum, l’avocat de l’élu. Noos-Numéricâble, s’estimant victime de «diffamation et injure» et dénonçant un «dénigrement des produits et services fournis par Numéricâble», réclamait 7 500 euros de dommages et intérêts. «La justice a reconnu que mes critiques étaient fondées», a commenté M. Gros. «Si Noos-Numéricâble a attaqué, c’est parce j’ai mis le doigt où cela fait mal: j’ai proposé que les Usines d’électricité de Metz reprennent un service public, privatisé et mal rendu», a-t-il ajouté. A la mi-février, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a placé Noos-Numéricâble «sous surveillance» en raison de milliers de plaintes de ses abonnés. Depuis, le câblo-opérateur a reconnu la réalité des dysfonctionnements à l’origine du mécontentement manifesté par ses abonnés.