Entretien avec… Adolfo Conti, P.-D.G. de DOC Art (Italie)

    217

    DOC Art est une société de production spécialisée dans le documentaire culturel, historique et religieux. Chez Doc Art, tous les documentaires rejoignent la même ligne éditoriale: la découverte et la compréhension de l’art, de l’histoire et de la religion, des trésors italiens ou internationaux. Présent lors du «Sunny Side of the Doc», Adolfo Conti, producteur et directeur de Doc Art, nous présente le marché du documentaire Italien.

    média+ : Pouvez-vous nous présenter DOC Art ?

    Adolfo Conti : Nous sommes une société de production spécialisée dans l’art, l’histoire et l’archéologie. Souvent trop ignorés, les vestiges du passé sont pourtant incontournables pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Nous ne travaillons pas que sur des sujets d’histoire ou d’art italiens. Nous croyons beaucoup dans la coproduction et l’échange entre différentes cultures. Le budget moyen pour un documentaire d’une heure oscille entre 300 000 et 400 000 euros. Nous travaillons entre autres avec les chaînes italiennes comme la «Raï educational», les télévisions grecques ou encore «Planète» et «Arte». 40% de nos productions sont destinées aux marchés italiens et 60 à l’international.

    média+ : Quelle place le documentaire occupe-t-il en Italie ?

    Adolfo Conti : Le documentaire ne vit pas une période faste en ce moment en Italie. Nous rencontrons des problèmes de culture en matière de télévision: le documentaire pâtit d’une image trop ringarde, trop ennuyeuse par rapport aux autres programmes type fictions. En effet, la TV propose en grande majorité des programmes de divertissements très légers comme des jeux ou des séries américaines. Face à ces programmes, le documentaire ne fait pas le poids. Mais c’est comme partout: comme on ne propose que des divertissements, le public ne regarde que ce type de programmes. C’est un cercle vicieux.

    média+ : Quels sont les programmes que vous êtes venus présenter au «Sunny Side of the Doc» ?

    Adolfo Conti : Nous sommes venus avec plusieurs projets, c’est un moment vraiment important car nous rencontrons des producteurs du monde entier et nous échangeons beaucoup. Nous sommes notamment venus pour trouver des partenaires pour un projet intitulé «Goodfellas Badfellas, the Golden Wreath and The Great Museums of the world» (déjà en partenariat avec la «RAI» et «ERT»). Il s’agit d’un documentaire d’investigation de 52′, tourné en HD, qui raconte le périple d’une couronne d’or macédonienne, retrouvée dans les années 1900. Nous voulons relater au travers de ce documentaire toutes les combines illicites qu’une pièce majeure comme cette couronne d’or, a pu subir. Mais on n’en est qu’au synopsis avec toutefois quelques éléments exceptionnels en exclusivité, comme les images de l’arrivée de la couronne à Athènes, à l’aéroport ainsi qu’à son ultime demeure: au musée archéologique de la ville. Nous espérons pouvoir le livrer aux chaînes à l’automne 2009. Le budget total est estimé à 350 000 euros.

    média+ : Quels sont vos autres projets ?

    Adolfo Conti : Nous avons deux autres grands projets à venir: «The Ivory Face», un 52′ avec la participation de la «RAI», «Planète», «RTSI», Zone production Internationale et le CNC. L’autre projet, toujours un 52′, qui s’intitule «Mandylion-The self portrait of Jésus» avec la participation de «RAI-MEDIA development fund». Nous en sommes au synopsis et nous prévoyons un budget de 250 000 euros. Sur l’international, notre prochain grand documentaire est «Œuvres d’art volées» qui a été sélectionné à l’European Brodcasting Unit.

    Société de Production : DOC Art (Italie)

    Les Dirigeants:
    – Directeur: Adolfo Conti
    – Producteurs : Adolfo Conti, Amalia Carandini

    Date de création : 2003

    Coordonnées : 1 Viale della Piramide Cestia, Rome

    Principales productions:
    «Les grandes découvertes archéologiques» diffusées sur la télévision italienne, grecque, Belge et Hollandaise. «The short art. The surgeon of Ariminum» (42′), 2007, meilleur scripte au 7ème Agon Festival à Athènes en 2007 ou encore «Scipio’s Dream. Power and Death in Ancient Rome» (50′), 2003 prix d’argent au festival mondial de Houston. dans la catégorie du documentaire archéologique en 2003, ainsi qu’au Festival de Nyon. Documentaire également récompensé au 5ème festival des films documentaire méditerranéen en 2003, à Athènes.