Europe 1 : les salariés s’alarment du sort de la station

363

Les salariés d’Europe 1 ont adopté jeudi une motion dans laquelle ils s’alarment du sort de la station, dont l’audience ne cesse de s’effriter. Ils demandent à leur actionnaire, le groupe Lagardère, de réinjecter «massivement de l’argent dans l’entreprise (l’année prochaine, ce sera trop tard: Europe1 aura décroché)» et à leur direction de «rétablir une confiance fortement entamée avec l’ensemble des équipes», en associant notamment les salariés «à toutes les étapes de la reconquête». La motion réclame également la «titularisation de tous les salariés indûment employés en contrats précaires». «Il est naturel que dans une période de contre-performance les salariés s’inquiètent. (…) Nous allons prendre en compte ce désir d’échanger sur l’avenir de la station et les associer au projet de reconquête», a dit le président de la radio, Denis Olivennes. Selon la motion du personnel, pour les équipes, qui «n’ont ménagé ni leur temps ni leur peine pour faire cette antenne qui leur tient à coeur», «la glissade du nombre d’auditeurs subie depuis plus d’1 an leur est insupportable». Avec 8,1% d’audience moyenne en novembre et décembre, la station du groupe Lagardère s’est fait doubler pour la 1ère fois depuis 2012 par franceinfo et égaler par RMC, selon des chiffres de Médiamétrie. «Les salariés d’Europe 1 ne se reconnaissent pas dans la série de changements malencontreux intervenus sur l’antenne depuis le départ de Laurent Ruquier». «Plus d’une fois, ces changements ont obligé les salariés à remettre en cause des organisations de travail qu’ils venaient à peine d’adopter, les contraignant au passage à enchaîner des heures, des journées et des semaines bien au-delà de la norme, de manière rarement compensée», dénoncent les salariés. La motion a été adoptée à l’unanimité des salariés présents à l’AG, selon Olivier Samain, délégué syndical SNJ Europe 1.