F. BAILLY (TF1) : «Les grandes marques constituent la colonne vertébrale de TF1 en matière de flux»

173

Même si la concurrence de grands groupes mondiaux bouscule les usages et dessine de nouveaux équilibres, cette transformation est qualifiée de «vivier d’opportunités pour le Groupe TF1». Tour d’horizon des nouveautés de la saison prochaine avec Fabrice BAILLY, Directeur des Programmes et des Acquisitions du Groupe TF1.

MEDIA +

Dans un environnement en pleine mutation, vos nouveautés sont-elles toujours plus affinitaires avec les usages digitaux ?

FABRICE BAILLY

Oui, bien sûr ! Pour preuve, le Groupe TF1 enregistre une forte augmentation sur toutes les cibles cette saison, notamment chez les jeunes (35% chez les 15-34 ans et les FRDA-50). Sur TF1, nous creusons l’écart par rapport à nos concurrents, à la fois sur les 4 ans et plus et sur les cibles publicitaires. De manière concomitante, et je rejoins votre question, le lancement de TF1+ nous permet de capter de nouveaux téléspectateurs, qui manient pleinement le double usage du linéaire et du streaming. De fait, TF1+ est la première plateforme de streaming gratuite française avec en mai 4,4 millions de streamers quotidiens, et plus de 35 millions d’utilisateurs mensuels, dont 1,5 million de 15-34 ans. L’accélération digitale bat son plein. Un jeune sur 2 regarde «Star Academy» en streaming, 1 jeune sur 3 le fait avec «Demain nous appartient», «Ici tout commence» et «Secret Story». Sur les 37 millions de Français qui ont suivi la dernière saison de «Koh Lanta», 10 millions l’ont vue en streaming, dont un tiers de moins de 50 ans. Lorsque nous évaluons les programmes, nous le faisons en tenant compte de leur performance digitale et linéaire. C’est un écosystème pleinement fonctionnel, avec une stratégie visant à développer les grandes marques du Groupe TF1 et à les décliner.

MEDIA +

Automatisez-vous les «companions shows» sur chacune de vos franchises?

FABRICE BAILLY

Non, pas automatiquement. Il y a deux approches. D’une part au quotidien avec des marques comme «Secret Story» ou «Star Ac’» qui fournissent du contenu en permanence. D’autre part, nous proposons des déclinaisons de grandes franchises comme «Danse avec les stars d’internet» ou «The Voice comeback». La saison prochaine, nous offrirons des interviews exclusives des éliminés de «Koh-Lanta» en bonus sur TF1+. En ce qui concerne la plateforme, nous avons fait un gros travail de catalogue pour offrir un maximum de fictions, ainsi que toutes les saisons passées des grandes franchises de flux, y compris celles qui n’étaient pas sur TF1, comme «Les Anges de la téléréalité».

MEDIA +

La fiction est l’un des piliers de TF1. Qu’accélérez-vous ?

FABRICE BAILLY

La saison dernière, nous avons mené une forte politique de renouvellement de nos nouveaux héros, qui a été couronnée de succès. Voilà pourquoi nous reconduisons «Master Crimes» avec Muriel Robin, «Panda» avec Julien Doré, «Melle Holmes» avec Lola Dewaere, «Le négociateur» avec François-Xavier Demaison, «Le fil d’Ariane» avec Chantal Ladesou, «Le Nounou» avec Booder. Sans oublier la saison 3 du «Remplaçant» avec Joey Starr, la saison 8 de «Sam» avec Hélène de Fougerolles, la saison 12 de «Léo Matteï» et évidemment la suite des aventures de «HPI» la rentrée prochaine, sachant que la saison 5 est en préparation. En fiction, il est très important d’avoir des genres variés. Un travail a été effectué pour enrichir les incarnations dans les différents genres. À venir, une comédie familiale avec Didier Bourdon dans «Le Daron», une intrigue judiciaire avec Samuel Le Bihan dans «Carpe Diem», et un pur thriller avec «Menace Imminente», la première série avec Patrick Bruel. Nous mettons aussi en place une nouvelle saga à chaque rentrée : on débutera avec «Brocéliande» portée par Nolwenn Leroy. Nous investissons aussi la comédie romantique avec Amir Haddad dans «La Belle et le Boulanger», le drame romantique avec l’adaptation du roman «Tout le bleu du ciel» de Melissa Da Costa, une histoire d’amour déchirante avec Camille Lou et Hugo Becker. Enfin, nous aurons de la comédie policière avec «Flashback», une série très surprenante produite par les créateurs de «HPI», qui réinvente la relation père-fille à travers un voyage dans le temps avec Michael Youn et Constance Gay.

MEDIA +

A l’heure des plateformes, comment envisagez-vous les acquisitions ?

FABRICE BAILLY

Pour les films, notre relation avec les studios reste inchangée et notre line-up demeure extrêmement riche. À venir le dimanche soir, «Barbie» de Warner, «Oppenheimer» d’Universal, «Bullet Train» de Sony, et «Thor : Love and Thunder» de Marvel et bien d’autres encore. Notre volonté sur TF1 est d’offrir le meilleur des séries issues des networks américains. Nous avons acquis «Tracker», le plus gros succès de la TV américaine, et «Elsbeth», une franchise dans la lignée de Columbo avec une enquêtrice drôle et perspicace. Nous proposerons également des productions anglaises, avec notamment le thriller «Nightsleeper», qui sera l’événement de la rentrée prochaine sur BBC One.

MEDIA +

Les grandes marques constituent la colonne vertébrale de TF1 en matière de flux. Quels sont les critères déterminants de vos nouveautés en création ou adaptation ?

FABRICE BAILLY

Le critère déterminant est que ces programmes puissent devenir les grandes marques de TF1 de demain. Il existe plusieurs possibilités. D’une part, cela peut être un grand format international. Ce sera le cas de «Gladiators» (ITV Studios France), un divertissement spectaculaire qui prône le dépassement de soi, présenté par Hélène Mannarino et Denis Brogniart. Énorme succès sur BBC la saison dernière, il s’agit d’un format historique des années 2000 dans une immense arène pouvant accueillir jusqu’à 1.500 personnes. Tournage à la rentrée. D’autre part, on mise sur la création originale avec «Projet H» (Fremantle) animé par Laurent Ruquier qui plonge le spectateur dans une atmosphère inspirée des romans d’Agatha Christie, du Cluedo et des tendances d’escape games. Il y a aussi l’adaptation de jeux de société comme «Tu te mets combien ?», adapté par Arthur et rebaptisé «10 sur 10, combien tu te mets ?» (Satisfaction) où des célébrités jouent et s’auto-évaluent sur divers domaines de questions. Enfin, la célébration de la pop-culture française, puisque nous allons tourner une grande soirée dédiée à Dorothée, intitulée «Merci Dorothée» (Georgia/JLA Productions), animée par Nikos Aliagas. En plateau, la star de toute une génération sera entourée de nombreux invités et de surprises pour célébrer son incroyable carrière.