F. CARÊME (Eurodata TV Worldwide) : «Près de 6.000 nouveaux programmes récurrents ont été lancés depuis le début de l’année»

298

Des programmes TV teintés de nostalgie, ouverts sur le monde ou encore propices à l’évasion, voici 3 des tendances mondiales du 1er semestre 2017, identifiées et présentées par Eurodata TV Worldwide et Tape Consultancy. Détails avec Florent CARÊME, Directeur du pôle Etudes d’Eurodata TV Worlwide.

 

média+ : Alors que le MIPCOM vient d’ouvrir ses portes à Cannes, quelles tendances télévisuelles percevez-vous ?

 

Florent CARÊME : Le renouveau dans la continuité ! Qu’il s’agisse de fictions, de factuels ou de divertissements, nous avons dégagé trois piliers. Le premier est propre à la nostalgie tout en allant de l’avant. Il s’agit des réadaptations de vieux formats ainsi que de fictions qui se déroulent sur des environnements passés. On assiste par exemple à un retour en force d’anciens divertissements remis au goût du jour. C’est le cas des jeux «Sarabanda» en Italie ou «De 3 Wijzen» en Belgique qui reviennent à l’antenne après plus d’une décennie d’absence. Côté fiction, Netflix a mis en ligne «The Keepers» racontant l’histoire d’un meurtre non élucidé depuis 1969. Dans «House of Bond» en Australie, la série suit la vie d’un riche homme d’affaires depuis les années 60 à nos jours. Le deuxième pilier consiste à «s’ouvrir au monde d’aujourd’hui». Les créateurs puisent leur inspiration dans un monde en perpétuel mouvement, avec des enjeux politiques et militaires inédits, des bouleversements technologiques et des avancées scientifiques qui ouvrent de nouvelles perspectives à titre individuel ou collectif. Troisième pilier tendanciel : l’évasion.

 

Quel est l’état de la création télévisuelle dans le monde ?

 

Contrairement à ce que beaucoup pensent, la création de nouveaux contenus est majoritaire. Avec près de 6.000 nouveaux programmes récurrents lancés depuis le début de l’année, dont 52% de créations originales, l’industrie TV démontre à nouveau son dynamisme. Il y a des territoires plus dynamiques que d’autres en fonction des genres de programmes. On le voit dans les statistiques. La Scandinavie est un marché très dynamique en fiction tandis que l’Asie sera est initiatrice de divertissements.

 

Plus que jamais, Netflix et Amazon se positionnent comme de réels concurrents de la TV traditionnelle…

 

Disons qu’ils se positionnent clairement comme des concurrents à la télévision payante. Leur cible, des publics plus adultes et plus CSP+. Ce qui leur permet d’aborder des thématiques différentes, moins consensuelles et plus originales. Les diffuseurs de contenus historiques comme HBO ou CANAL+ affinent leur modèle économique et pratiquent des offres tarifaires en ligne de plus en plus compétitives. Elles permettent au spectateur de combiner les contenus en ligne de son choix et de créer sa propre TV, à moindre coût.

 

La TV est consommée en moyenne 3h48 d’écoute/jour et par personne. Que doit-on en retenir ?

 

Il faut garder en tête que l’usage classique de la TV reste très important en Europe. Avec une durée d’écoute moyenne de 3h48 par jour et par personne au 1er semestre 2017 dans les 5 principaux pays d’Europe (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Italie), le téléviseur reste incontestablement l’écran privilégié pour regarder des programmes. L’enjeu est de suivre comment les usages évoluent et se transforment. Le changement s’est effectué au fil des dix dernières années. Aujourd’hui, la TV se consomme en différé, sur son smartphone. Un nouveau cap a été franchi dans les stratégies digitales des chaînes. Certains programmes sont mis en ligne avant leur diffusion linéaire. Des chaînes éphémères et des plateformes dédiées sont lancées en fonction des programmes. La chronologie des médias est sujette à beaucoup de débats également. Certains groupes audiovisuels cherchent à la casser le modèle. Quelques-uns font du teasing en ligne, mettent à disposition le pilote puis le diffuse en TV. D’autres chaînes mettent à disposition toute une saison de séries en VOD avant la diffusion en live. Les acteurs se questionnent beaucoup sur leur manière de diffuser des programmes.