Festival de Cannes 2018: 21 films en lice pour la Palme d’or

417

Vingt-un films sont en compétition pour la Palme d’or qui sera remise en clôture du 71e festival de Cannes le 19 mai.
– «Le Livre d’image» du Franco-Suisse Jean-Luc Godard: film qui serait une réflexion sur le monde arabe. 
– «Lazzaro Felice» de l’Italienne Alice Rohrwacher: histoire d’un homme né
dans un hameau resté à l’écart du monde moderne, qui se veut un conte poétique pour aborder les bouleversements de la société italienne. Alice Rohrwacher avait obtenu le Grand Prix à Cannes en 2014 pour «Les Merveilles».
– «Zimna Wojna» («Cold War») du Polonais Pawel Pawlikowski: nouveau film du réalisateur d’«Ida», Oscar du meilleur film étranger en 2015. Il raconte l’histoire d’une relation amoureuse compliquée entre 1 femme et 2 hommes dans la Pologne des années 50/60.
– «Dogman» de l’Italien Matteo Garrone: sur l’assassinat dans l’Italie en 1988 d’un ancien boxeur devenu chef de gang par un toiletteur pour chiens. Quatrième film de Matteo Garrone en compétition.   
– «Leto» («L’Eté») du Russe Kirill Serebrennikov, assigné à résidence: film basé sur des faits méconnus de la biographie de la rock star soviétique Viktor Tsoï.  
– «En guerre» de Stéphane Brizé: nouveau film social avec Vincent Lindon par l’auteur de «La loi du marché», qui suit la lutte de salariés prêts à tout pour sauver leur usine en faillite.
– «Plaire, aimer et courir vite» de Christophe Honoré: sur une relation amoureuse entre un jeune étudiant et un écrivain dans les années 90, avec Vincent Lacoste et Pierre Deladonchamps. 
– «Les filles du soleil» d’Eva Husson: avec Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot.  
– «Un couteau dans le coeur» de Yann Gonzalez, avec Vanessa Paradis. Deuxième long-métrage du réalisateur sur une productrice de porno gay.
–  «Under the Silver Lake» de l’Américain David Robert Mitchell: thriller avec Andrew Garfield et Riley Keough sur un trentenaire amoureux de sa voisine et qui se lance dans une enquête à travers Los Angeles quand elle disparaît.
– «BlacKKKlansman» de l’Américain Spike Lee: histoire vraie d’un policier afro-américain infiltré parmi des membres du Ku Klux Klan en 1978.
– «Ash is Purest» du Chinois Jia Zhangke: une histoire d’amour entre une danseuse et un gangster. Cinquième film du réalisateur chinois en compétition, après notamment «Au-delà des montagnes» en 2015.
– «Netemo Sametemo» (Asako I & II) du Japonais Ryusuke Hamaguchi: l’histoire d’Asako qui, après la disparition de l’homme qu’elle aimait, retrouve son sosie. 
– «Shoplifters» du Japonais Hirokazu Kore-Eda. L’histoire d’une famille de voleurs à l’étalage qui adopte une orpheline. 5ème film de Kore-Eda en compétition.
– «Buh-Ning» («Burning») du Sud-coréen Lee Chang-Dong: thriller dont l’un des protagonistes prétend être pyromane. Adaptation d’une nouvelle de Haruki Murakami. Troisième film de Lee Chang-Dong en compétition.
– «Three Faces» de l’Iranien Jafar Panahi: Trois portraits de femmes dans l’Iran moderne, par le cinéaste dissident interdit de travailler dans son pays (Ours d’or à Berlin en 2015 pour «Taxi Téhéran»).
– «Todos lo saben» («Everybody knows») de l’Iranien Asghar Farhadi. Un thriller psychologique.
– «Capharnaüm» de la Libanaise Nadine Labaki: l’histoire d’un enfant qui se rebelle contre la vie qu’on cherche à lui imposer.  
– «Yomeddine» de l’Egyptien Abou Bakr Shawky: un 1er film tragi-comique où deux hommes s’échappent d’une colonie de lépreux.
– «Ahlat Agaci» («Le Poirier sauvage») du Turc Nuri Bilge Ceylan, Palme d’or 2014 avec «Winter Sleep»: l’histoire d’un homme qui rêve d’être écrivain et retourne dans son Anatolie natale. 
– «Ayka» du Kazakh Sergueï Dvortsevoy. 2ème film du réalisateur de «Tulpan», vainqueur du Prix Un Certain Regard en 2008.