France Télévisions a nommé des directeurs en charge de son «projet de régionalisation» et de sa «transformation»

206

France Télévisions a nommé lundi des directeurs en charge de son «projet de régionalisation» et de sa
«transformation», illustrant deux priorités de la réforme de l’audiovisuel impulsée par le gouvernement.

Germain Dagognet, 55 ans, aura pour mission de «coordonner le projet de régionalisation» du groupe,
notamment le rapprochement de France 3 et de France Bleu, réseau de radios locales de Radio France,
qui vont tester des matinales communes à la rentrée. M. Dagognet était jusqu’ici directeur délégué à
l’information pour France Télévisions et directeur délégué du projet franceinfo, qu’il a contribué à lancer
sur la TNT fin 2016.

La présidente de France Télévisions Delphine Ernotte a également chargé son jeune directeur de cabinet
Stéphane Sitbon-Gomez, 30 ans, «de l’ensemble du projet de transformation, en lien avec chacune des
directions opérationnelles». En remplacement de Germain Dagognet, le directeur de la rédaction nationale
de France Télévisions Alexandre Kara a été nommé directeur de la chaîne franceinfo.

La présidente du groupe finit de réorganiser son état-major à deux ans de la fin de son mandat. Elle avait
nommé en janvier l’ex-président de Lagardère Studios, Takis Candilis, au poste de directeur général
délégué à l’antenne et aux programmes, en remplacement de Xavier Couture. Le groupe va aussi
remplacer bientôt les patrons de chaînes par des directions «transverses», aux documentaires, aux
magazines ou à la culture.

Delphine Ernotte avait annoncé début juin un «plan de transformation» pour France Télévisions, qui va
reporter massivement ses investissements sur le numérique, un secteur où le groupe a accumulé du
retard. «Il ne s’agit plus aujourd’hui d’ajuster notre modèle à la marge, de continuer à raboter année après
année notre vieux paradigme (…) Il s’agit de refonder radicalement notre modèle», avait expliqué la
présidente de France Télévisions le 4 juin.

La ministre Françoise Nyssen avait donné ce jour-là le coup d’envoi de la réforme de l’audiovisuel public,
annonçant notamment que France 4 ne serait plus diffusée qu’en numérique.

France Télévisions est déjà engagée dans un vaste plan de réduction de dépenses d’environ 50 millions
d’euros cette année sur un budget de 2,8 milliards d’euros, qui passe notamment par la suppression de
180 postes à la faveur de départs en retraite, sur près de 10.000 salariés.