Google et 260 prétendants convoitent des fréquences de téléphonie mobile US

    207

    Plus de 260 candidats veulent s’emparer des fréquences de téléphonie mobile que vendra le gouvernement américain fin janvier, avec en tête le géant de l’Internet Google, prêt à débourser des milliards pour bâtir son propre réseau de téléphonie mobile. La Federal Communications Commission, l’agence gouvernementale de contrôle des médias, a annoncé mardi soir avoir reçu 266 candidatures pour les enchères organisées le 24 janvier, où seront vendues des fréquences libérées par les télévisions analogiques américaines qui doivent passer au numérique d’ici 2009. Les prétendants se bousculent: 96 candidats ont déjà été acceptés par la FCC et 170 ont déposé des dossiers encore incomplets. Comme prévu, y figure le groupe Google, qui a annoncé depuis juillet être prêt à débourser plus de 4,6 milliards de dollars, le minimum requis pour le «bloc» de fréquences qui permet d’assurer une couverture nationale. Mais d’autres poids lourds se sont aussi mis sur les rangs, laissant promettre une compétition féroce: les opérateurs téléphoniques ATT et Verizon, qui ne veulent pas de nouveaux concurrents, des opérateurs régionaux comme Alltel et Leap Wireless, mais aussi le groupe pétrolier Chevron ou encore l’équipementier en télécoms Qualcomm.