A J-1, excitation et stress font vibrer la rédaction de France 24

    185

    Une ruche, bourdonnante, affairée. A la veille du lancement de France 24, la première chaîne française d’information internationale en continu, excitation et stress font vibrer la rédaction composée de 170 journalistes d’une trentaine de nationalités différentes. «Je suis ému et un peu anxieux», confie Alain de Pouzilhac, le président du directoire de la chaîne qui se lance mercredi sur Internet (http://www.france24.com), puis jeudi sur le câble et le satellite, en français et en anglais. «C’est comme un bébé qui arrive. On a envie de le voir, de le serrer dans ses bras», dit-il le regard pétillant. «Il y a un an, on était trois, on n’avait pas de bureau, on travaillait dans ma salle à manger», se souvient l’ancien Président directeur général d’Havas. La chaîne est installée depuis septembre dans des locaux flambant neuf à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Dans les couloirs, des ouvriers s’activent encore avec leurs perceuses, au milieu des câbles. Des agents d’entretien astiquent avec soin les grandes parois vitrées de la salle de rédaction à la veille du grand jour. Conférence du matin dans le bureau de Grégoire Deniau, directeur de la rédaction de France 24. En dominante, le coup d’Etat aux îles Fidji.