J. DELHAYE (MIPTV) : «Notre marché reste un point d’ancrage important pour l’industrie de la TV»

270

Jérôme DELHAYE, Directeur de la Division Entertainment de Reed Midem

Le MIPTV – 54ème édition – est le marché international dédié à la création de contenus pour tous les écrans. Tous les professionnels de l’industrie de la télévision et du digital sont actuellement présents à Cannes. Détails avec Jérôme DELHAYE, Directeur de la Division Entertainment de Reed Midem.

media+

Plus que jamais, le MIPTV parvient-il à marquer l’intérêt des professionnels de la télévision ?

Jérôme DELHAYE

En plus de ses activités de networking, projections, conférences et keynotes le MIPTV est un lieu d’échanges, de rencontres, d’acquisitions, de financements de contenus, et de ventes de programmes. Avec le MIPCOM, le MIPTV est largement le plus gros événement dédié aux contenus dans le monde avec quasiment 11.000 participants. Que ce soit les documentaires, les formats ou les dramas, tous les genres de programmes sont représentés au MIPTV. Cette année encore, les nouvelles séries focalisent l’attention des acheteurs. Depuis plusieurs saisons déjà, l’appétence pour le contenu est grandissante partout dans le monde avec une internationalisation de ce dernier. Toutes les idées sont bonnes à prendre. Les acheteurs sont aux aguets.

media+

Les chaînes réalisent des acquisitions tout au long de l’année. Comment le MIPTV réagit-il à ce mouvement ?

Jérôme DELHAYE

Notre marché reste un point d’ancrage important pour l’industrie. Les professionnels ont besoin de discuter en permanence. Même si des acquisitions s’effectuent en cours de saison, les rencontres «face to face» sont déterminantes. De plus, le MIPTV est le lieu idéal pour faire des lancements et des annonces sachant qu’un nombre important de professionnels est réuni au même moment. Cette année, nous lançons «Big Pacific», une série documentaire de ZDF Enterprises ou encore «Riviera», la nouvelle série événement de Sky. Tout au long de l’année, nous voyons en parallèle l’émergence de l’international. Les clients sont de plus en plus nombreux à vendre pour tous les pays. Les World Premiere TV Screenings du MIPTV 2017 accueilleront pour la toute première fois un drama en provenance d’Asie: la nouvelle série dramatique japonaise «Crisis», produite par Kansai TV est un exemple typique du phénomène. Il y a encore quelques années, jamais une télévision japonaise n’aurait tenté de vendre une série à l’international.

media+

Quelles sont les nouvelles demandes des diffuseurs et distributeurs au MIPTV ?

Jérôme DELHAYE

Les demandes se concentrent de plus en plus autour des Screenings et avec tous les types de programmes. A cet effet, nous constatons un renouveau du documentaire avec des superproductions. Le format TV est toujours très fort avec des acteurs américains en force de propositions. Côté technologies, la réalité virtuelle et la réalité augmentée commencent à faire partie de l’offre de contenus que les producteurs veulent promouvoir.

media+

Avec la montée en puissance de la fiction au MIPTV, les programmes de flux ne passeraient-ils pas au 2ème rang des intérêts des diffuseurs ?

Jérôme DELHAYE

La place des formats reste toujours très importante. Des acteurs comme Netflix ou Amazon commencent à s’y intéresser. En revanche, tout ce qui touche aux séries TV a pris une ampleur impressionnante, non seulement quantitativement mais aussi qualitativement. Les fictions ayant des coûts par épisode supérieur à 1 M€, cela devient chose commune. La demande est réelle. Les séries génèrent de l’audience et le public est demandeur. De leur côté, les acteurs de la Pay TV seront davantage à la recherche de programmes qui vont affirmer leur marque. La qualité est parfois plus importante que l’audience qui sera générée. Vous avez enfin certaines chaînes qui travaillent sur des séries «à la marge» afin de capter des audiences ciblées. «The Walking Dead» illustre très bien cette logique car la série cible fortement les «teenagers» sans pour autant avoir des audiences phénoménales d’un point de vue «mass market».