J. KEFF (BMG Production Music): «La musique a pris une place prépondérante dans les projets TV»

333

Jérôme KEFF, Directeur général de BMG Production Music en France.

 Suite au rachat du label AXS Music, et de l’une des premières collections historiques de librairie musicale Tele Music, BMG lance sa librairie musicale en France sous la marque BMG Production Music, à destination des créateurs, producteurs et médias. Entretien avec Jérôme KEFF, son directeur général.  

média+ : Comment se déploie aujourd’hui l’activité de BMG Production Music en France ?

Jérôme KEFF : Notre activité principale consiste à proposer un catalogue de musiques prêtes à être utilisées par les producteurs de contenus (documentaires, fictions, flux, longs métrages et films publicitaires) ou par les diffuseurs eux-mêmes (télévision ou radio). Nous disposons d’une offre de service qui va de la supervision musicale à la gestion des droits éditoriaux et qui s’étend jusqu’à la composition originale.

 De quel volume disposez-vous en matière de titres musicaux ?

Jérôme KEFF : Nous fournissons un catalogue de 120.000 titres uniques, répartis en divers labels français et anglais. Par analogie, nous faisons le même métier qu’une bande d’images, mais pour la musique. En France, près de 200 compositeurs contribuent aux librairies musicales. Nous travaillons avec 20% d’entre eux de manière très assidue. BMG Production Music fait aussi de la musique originale pour la fiction et la radio. En fonction de chaque projet, il y a un compositeur dédié. Parmi les nouveaux entrants qui frappent à notre porte, nous les recevons volontiers et nous essayons de les mettre en avant dès qu’une opportunité se présente.

Quel est votre coût de grille ? Comment déterminez-vous le prix d’un titre ?

Jérôme KEFF : En fonction de la volumétrie ! Si le producteur d’un documentaire de 90 minutes nous demande une demi-heure de musique originale, nous établissons un devis. Plusieurs paramètres entrent en compte : l’ambition artistique (musique acoustique ou orchestrale) et l’étendue des droits. Tout dépend si l’exploitation est internationale, sur plusieurs années et/ou sur tous les supports. Pour ce qui est dans la librairie musicale, nous vendons au titre et en fonction de son exploitation. Cela va de 75 € à 500 € le titre. Et parfois, quel que soit le nombre de musiques utilisées, nous avons des forfaits à 1.500 €.

Sur quelle récente production télévisuelle votre société a-t-elle contribuée ?

Jérôme KEFF : Nous avons fourni une musique originale pour la série «Les Impatientes» (3X52’), diffusée il y a quelques semaines sur France 2.

Comment la demande évolue-t-elle en matière de musiques sur les contenus audiovisuels ?

Jérôme KEFF : Les demandes restent assez traditionnelles. Il y a peut-être un peu plus d’audace chez certains diffuseurs et plateformes. Mais la musique a pris une place assez prépondérante dans les projets TV et radio. De plus en plus de sociétés de production et d’indépendants s’y intéressent. Le métier de la librairie musicale est d’ailleurs assez ancien dans les pays anglo-saxons. En France, il y a une pléthore d’offre avec à la fois des sociétés spécialisées dans la composition originale, et d’autres dans la librairie musicale. Rares sont celles qui combinent, comme nous, l’ensemble des besoins pour un producteur audiovisuel ou un diffuseur.