Jérôme Fouqueray, directeur général de Fun radio et RTL 2.

    145

    Jérôme Fouqueray revient pour media+ sur les nouveautés et les objectifs de Fun Radio et RTL2 pour la siason 2007-2008.

    média+: Quelles sont les nouveautés de la rentrée sur Fun radio et RTL 2 ?

    Jérôme Fouqueray : Sur RTL 2, au niveau de la musique, on ne change pas une équipe qui gagne. Globalement, le format musical reste le même. La nouveauté c’est plutôt le morning de 5h00 à 9h00 avec Alessandra Sublet. Sébastien Folin reste le week end, Francis Zégut reste le soir. «Les concerts très très privés» demeurent aussi. Je voudrais que l’on ait quelque chose qui soit à nous et qui nous permette de rassembler les nouveaux talents pop rock que nous développons avec la filière musicale. On voudrait quelque chose qui soit spécifique. Je ne sais pas encore la forme que cela aura même si nous avons quelques idées. On récompensera les révélations pop rock de l’année en mars. Pour Fun radio, nous avons reconduit Cauet avec qui ça se passe très bien et qui est en grande forme. Nous avons fait le choix de la nouveauté cette année avec une nouvelle libre antenne animée par un trio jeune qui a beaucoup d’audace : ils s’appellent Jeff, Clément et Mélanie et seront présents du lundi au jeudi de 21h00 à 00h00 avec une libre antenne qui est plutôt une libre antenne de divertissement et non de confession qui sort un peu des sentiers battus des libres antennes traditionnelles. La grande nouveauté c’est que l’on fait un grand effort le week end où il y a un grand potentiel en terme de conquête d’audience pour Fun avec Sophie à qui l’on a demandé de reprendre les matinales du week end et de faire une libre antenne le dimanche soir en direct avec un coach psy qui s’appelle Alain Heril. On a le «Jamel comedy club» puisque l’on est partenaire historique de Jamel. Il va y avoir une opération a priori en novembre où les auditeurs vont s’affronter sur l’antenne par groupes de villes pour faire gagner la leur et pour que le «Jamel comedy club» se déplace dans leur ville. Notre grande nouveauté aussi c’est le partenariat au sein de la sphère numérique avec Myspace et iTunes.

    média+ : Justement, qu’attendez-vous de ces nouvelles collaborations ?

    Jérôme Fouqueray : J’attends que cela se passe le mieux possible. Le raisonnement c’était de dire, nous faisons de la radio, nous voulons continuer à en faire le mieux possible. Tous nos investissements vont à la radio pour développer de nouveaux artistes, pour créer de nouveaux événements, pour couvrir les frais techniques sur de nouvelles zones de diffusion. Je veux que l’argent serve à cela. Pour tout le reste, notamment le développement de la marque dans la sphère numérique à coté de nos sites Internet qui biensûr existent, il faut qu’on réussisse à trouver les meilleures collaborations avec les meilleurs partenaires pour exposer la marque le plus largement possible sur la sphère numérique donc c’est le téléchargement légal avec le numéro 1 c’est-à-dire iTunes et le web communautaire avec le numéro 1 c’est-à-dire Myspace.

    média+ : Vous investissez beaucoup dans la sphère numérique, est-ce pour pallier à l’inflation annoncée du coût de la musique ?

    Jérôme Fouqueray : Non ce n’est pas pour pallier à l’inflation du coût de la musique. Nous sommes conscients des difficultés de la filière musicale et nous en sommes d’autant plus conscients que nous sommes partenaires et promoteurs de la musique. Aujourd’hui, nous sommes dans un contexte qui n’est pas simple avec un marché publicitaire où les perspectives sont incertaines. Nous avons besoin de mobiliser tous nos investissements pour de la diffusion, des événements et pour du développement de programmes. C’est vrai que la discussion actuelle est inquiétante car cela nous fait une charge supplémentaire au moment où nous aurions besoin de mobiliser tous ces moyens pour faire autre chose. Je crains que tout cela ne soit vécu comme un encouragement à diffuser moins de musique. Ce qui n’est évidemment pas l’objectif de Fun radio et RTL 2 parce que la musique, c’est la fonction première de nos radios.

    média+ : Quels sont vos objectifs d’audience pour l’année à venir ?

    Jérôme Fouqueray : Les objectifs d’audience sont de dépasser les 8 points d’audience sur Fun radio dans les deux ans à venir et les 5 points d’audience pour RTL 2. L’objectif c’est aussi de faire le numérique puisque dans le monde numérique on aura tous la même couverture technique qui va enfin mettre tout le monde à égalité pour la grande bataille de l’audience.

    média+ : Pourquoi vous n’investissez pas dans les web radios ?

    Jérôme Fouqueray : D’abord, notre choix c’est justement d’investir uniquement sur la radio. Nous avons déjà suffisamment à faire et il y a beaucoup de choses à faire sur l’antenne premium pour ne pas faire de web radios. Il y a trop peu de monde pour écouter les web radios, comme le prouvent les chiffres de Mediamétrie, pour que cela justifie les investissements. Je préfère investir sur l’antenne nationale de Fun radio, enrichir le programme plutôt que de dépenser de l’argent pour faire des programmes appauvris dérivés de l’antenne de Fun radio et des programmes qu’ assez peu de gens écoutent. En mars 2007, le résultat des audiences pour les web radios de mars 2007 montre des niveaux d’audience catastrophiques. Donc on n’est pas très pressé de dépenser nos sous pour des web radios que personne n’écoute.