Journées du patrimoine : les start-up françaises ouvrent leurs portes

105

 

Quelque 250 start-up françaises ouvriront leurs portes au grand public les 12, 13 et 14 septembre en écho aux Journées européennes du patrimoine (14-15 septembre), pour faire découvrir un vivier «extraordinaire mais méconnu». Au cours de ces trois jours, ces jeunes entreprises vont «ouvrir leurs locaux le temps d’un événement pour faire découvrir au grand public l’entreprenariat, l’innovation et les start-up de l’intérieur», résume Marc-Arthur Gauthey, créateur de l’événement lancé en 2012. La moitié de ces start-up sont en province «car il n’y a pas qu’à Paris qu’il se passe des choses. Nous avons déjà plus de 3 000 personnes inscrites à ces Journées, que ce soit des curieux, des étudiants en recherche de stage, ou des porteurs de projets», souligne-t-il. «Les innovations d’aujourd’hui seront le patrimoine de demain. En période de marasme économique, c’est bien de se projeter et de voir que des choses extraordinaires se font en France. Il y a une vraie richesse, méconnue du grand public», ajoute M. Gauthey. «Aujourd’hui on sait que la croissance, la création d’emplois et de valeur viennent majoritairement des PME, les start-up sont vraiment les entreprises en croissance, la sortie de crise et la croissance vont venir en partie de ce vivier», estime pour sa part Elisabeth Bargès, directrice des Politiques publiques et de l’Innovation chez Google France, partenaire de l’événement. Ce genre d’initiatives «permet de mettre en valeur l’écosystème numérique français et de développer l’esprit d’entreprise, et de donner plus de visibilité à des projets portés par des acteurs locaux», selon elle. La vocation de Google, qui «n’apporte pas que du soutien financier», est de «redonner à l’écosystème ce que ce dernier nous a apporté lorsque nous étions une jeune entreprise», résume Mme Bargès.