La Chine veut accentuer la préférence donnée à ses dessins animés

    144

    La Chine va renforcer encore plus, à partir de mai, la restriction de diffusion frappant les dessins animés étrangers pour promouvoir la production nationale, a indiqué mercredi l’Administration d’Etat de la radio, des films et de la télévision (SARFT) sur son site Internet. A partir du 1er mai, aucun dessin animé étranger ne pourra être diffusé entre 17h00 et 21h00 «pour créer un environnement favorable à l’industrie nationale du dessin animé», a précisé l’Administration. Depuis septembre dernier, les productions étrangères pour les enfants ne pouvaient être diffusées à ces horaires. Les coproductions sino-étrangères devront recevoir l’autorisation de l’Administration pour avoir accès aux heures de forte audience. Selon la SARFT, la Chine a produit en 2007 186 dessins animés d’une durée total de 101 900 minutes, soit une progression de 23% par rapport à 2006. Certains internautes se sont félicités de cette mesure sur le site de l’Administration alors que d’autres ont émis des doutes. «Comment peut-on obliger les gens à regarder les dessins animés chinois, ils sont moins bons que les étrangers», estime l’un d’eux. Un autre souligne qu’il s’agit surtout «de contrôler la pensée». Le secteur audiovisuel chinois reste étroitement contrôlé par le gouvernement, en particulier pour des raisons politiques. Sur le principal portail chinois, Sina, le sujet est l’un des plus commentés. «La question clef, c’est d’élever la qualité des dessins animés chinois!», estime un internaute chinois vivant au Japon. «Si la qualité est meilleure, il y aura plus de téléspectateurs, mais faire ce genre d’interdiction n’est pas une solution», ajoute-t-il.