La digitalisation de la radio s’accélère

158

Média des actifs et de la mobilité, la radio a connu une saison septembre 2020 – juin 2021 particulière entre le travail à domicile, les confinements et les couvre-feux. Dans un tel contexte, l’audience à domicile s’est renforcée ainsi que l’écoute sur les supports numériques. De nouveaux territoires d’écoute confirment leur potentiel, notamment avec le développement des podcasts et des enceintes à commande vocale. La pandémie a induit des transformations dans tous les domaines et notamment celui de l’écoute de la radio, selon le dernier «Audiences Le Mag» de Médiamétrie. La présence accrue des auditeurs à leur domicile a notamment entraîné une accélération de la transition vers les supports d’écoute digitaux. Ainsi, 8,3 millions d’individus écoutent la radio sur des supports numériques chaque jour, soit 15,1% des individus de 13 ans et plus. Une part en nette progression puisqu’ils étaient 12% il y a 5 ans.Ces auditeurs numériques utilisent en tout 1er lieu leur téléphone mobile pour écouter la radio (4,7 millions d’auditeurs quotidiens), suivi de l’ordinateur et des enceintes à commande vocale. Et ils consacrent 2 heures 18 par jour à l’écoute de la radio sur ces supports digitaux, qui représentent ainsi plus de 17% du volume radio écouté chaque jour (11,7% il y a 5 ans). Au-delà de la dimension pratique, les Français exploitent les diverses fonctionnalités d’écoute offertes par les supports numériques comme le replay et les podcasts. Si le direct emporte toujours leur préférence, 2,6 millions d’auditeurs écoutent la radio en replay chaque jour pour une durée de 1h09 ; ils étaient 1,1 million il y a 5 ans. Les podcasts quant à eux connaissent un boom, avec d’infinies possibilités de contenus, pour certains très personnalisés. Les radios en sont les principales émettrices : on comptabilise 136 millions d’écoutes et / ou de téléchargements de podcasts des stations de radio mesurés en septembre 2021. Format innovant, le podcast séduit un public jeune : 44% de ses auditeurs ont moins de 35 ans. Signe de leur engagement pour ce format, près de la moitié des auditeurs de podcasts déclarent recommander ou noter des podcasts. «Les opportunités d’écoute des stations de radio s’élargissent et de nouveaux territoires se profilent avec le développement des partenariats entre éditeurs radio et plateformes : Twitter/Snap, Radioplayer, Deezer, Spotify. Autre réservoir de développement, les enceintes à commandes vocales que possèdent désormais 15,9% des Français (13,1% il y a 1 an)», souligne Julie Terrade, Directrice Radio Nationale de Médiamétrie. La crise sanitaire a fortement impacté le rythme de vie des Français avec une mobilité réduite et des conditions d’activités exceptionnelles. Près d’un tiers des actifs ont ainsi exercé leur activité dans des conditions inhabituelles, notamment en télétravail, temps partiel, etc… Les Français se sont levés plus tard, la matinale est cependant restée le rendez-vous fort de la radio, rassemblant près de 13 millions d’auditeurs en moyenne chaque matin à 8 heures. Autre effet des mesures liées à la pandémie, cette saison, le volume d’écoute de la radio à domicile s’est renforcé, notamment chez les actifs. L’écoute en voiture est restée importante avec 72% des individus qui écoutent la radio dans leur voiture, et 57% à domicile. Malgré les impacts liés à la pandémie, au cours de cette saison, plus de 40 millions d’auditeurs ont écouté la radio chaque jour, soit près de 3 personnes sur 4 (73,2%) âgées de 13 ans et plus. L’Ouest de la France et particulièrement la Bretagne font partie des régions les plus à l’écoute de la radio. En termes de tranche d’âge, si les 50 ans et plus sont de fervents auditeurs, les jeunes sont nombreux à écouter la radio, notamment pour la musique : près de 2/3 des 25-34 ans l’écoutent chaque jour, pour une durée de 2h22.La radio conserve sa puissance auprès des catégories socio-professionnelles supérieures (CSP+) avec plus de 8 sur 10 à l’écoute de la radio chaque jour.