La Fabrique des Cinémas du Monde : le réalisateur chinois Jia Zhang-Ke parrain de la 8ème édition

247
Mon défi fou cinéma

Le réalisateur chinois Jia Zhang-Ke, prix du meilleur scénario à Cannes en 2013 et membre du jury de la sélection officielle en 2014, sera cette année le parrain de Fabrique des Cinémas du Monde qui, chaque année, soutient la jeune création cinématographique mondiale. «C’est un grand cinéaste qui a une histoire importante avec Cannes. Il a la passion de transmettre son savoir», a déclaré mercredi Valérie Mouroux, directrice du département Cinéma de l’Institut français, à l’initiative de La Fabrique des Cinémas.

Organisée dans le cadre du Festival de Cannes, la Fabrique, dont c’est la 8e édition, a sélectionné dix projets de longs métrages étrangers qui bénéficieront d’un accompagnement personnalisé, de rencontres avec des producteurs pour négocier des coproductions pendant le festival et des conseils de Jia Zhang-Ke lui-même. Jia Zhang-Ke «vient d’une petite ville et a monté sa propre entreprise, c’est un profil très intéressant pour les réalisateurs que nous invitons, des cinéastes qui connaissent des situations plus difficiles qu’en Europe pour produire leurs oeuvres», a expliqué Valérie Mouroux.

Les dix projets, tous des premiers ou des deuxièmes films, ont été sélectionnés sur des critères «de qualité et d’avancement» mais «il faut aussi avoir un producteur dans son pays», a précisé Émilie Essadi, du pôle «Cinémas du monde» de l’Institut. La sélection n’est pas une garantie de coproduction ou de tournage.

Quatre pays ont été retenus pour la première fois: l’Angola, l’Azerbaïdjan, le Costa Rica et le Zimbabwe. «Parfois les films mettent beaucoup de temps à se faire, parfois certains réalisateurs ne réussissent pas à trouver de financements», a expliqué Émilie Essadi. Valérie Mouroux a cependant rappelé que «60 à 70% des projets de films présentés par la Fabrique» trouvaient des accords de coproduction.

Les dix lauréats:

– Angola: «Girlie», de Pocas Pascoal

– Azerbaïdjan: «Basket», de Imam Hasanov

– Brésil: «La Fièvre», de Maya Da-Rin

– Costa Rica: «Rivière Sale», de Gustavo Fallas

– Egypte: «Amal», de Mohamed Siam

– Georgie: «Citizen Saint», de Tinatin Kajrishvili

– Iran: «Yalda», de Massoud Bakshi

– Maroc: «Saint Inconnu», de Alaa Eddine Aljem

– Philippines: «Une Mauvaise Saison», de Carlo Francisco Manatad Zimbabwe: «The Other Half of the African Sky», de Tapiwa Chipfupa