La Hongrie critiquée pour sa réforme sur la confidentialité des sources

    249

    Le gouvernement hongrois a fait de nouveau l’objet de critiques mercredi après l’adoption du dernier volet de sa réforme des médias régulant la confidentialité des sources. Selon le texte, les journalistes peuvent être contraints de dévoiler l’identité de leurs sources dans des affaires relevant de la sécurité nationale ou publique, ou bien si la source est soupçonnée d’avoir divulgé des secrets d’Etat ou des informations obtenues illégalement. La loi, qui prendra effet le 1er janvier 2011, a été adoptée mardi soir par le parlement ou le parti Fidesz du Premier ministre Viktor Orban détient la majorité des deux-tiers. «La nouvelle loi est problématique pour les journalistes car ils peuvent potentiellement être appelés à révéler leur source dans n’importe quel cas», a réagi Anthony Mills, porte-parole de l’Institut international de la Presse (IPI). Pour Gabor Poliak, professeur à l’université de Droit de Pecs (Sud), «la nouvelle législation manque de garanties pour les journalistes et leurs sources, et se trouve être globalement bien trop vague». La réforme du paysage médiatique hongrois suscite depuis l’été les critiques de l’opposition, qui accuse le gouvernement conservateur de vouloir contrôler l’information, de médias locaux et d’organisations de défense de la liberté de la presse. La Hongrie justifie ce processus par la nécessité de rendre les médias plus transparents et leur gestion plus efficace.