L’affaire DSK dans les séries : M6 l’exploite, TF1 la craint

86

Fluctuat.net

M6 diffuse depuis jeudi dernier la saison 2 de The Good Wife. Pour promouvoir les épisodes de ce soir, la chaîne n'a pas hésité à exploiter assez honteusement l'affaire DSK dans une bande annonce racoleuse et poussive qui fait tout pour rapprocher l'intrigue d'un épisode diffusé aux Etats-Unis en octobre 2010 du scandale du Sofitel, survenu six mois après. Pendant ce temps, TF1 prend étrangement une position inverse : la chaîne hésiterait à diffuser le 1er épisode de la saison 13 de New York Unité Spéciale qui est, lui, directement inspiré de l'affaire Strauss-Kahn.

La directrice artistique des acquisitions de TF1 confie dans un entretien au journal Média+ qu'"il y a pour le moment une vraie réflexion" pour déterminer si l'épisode sera diffusé. L'épisode en question met en scène un homme politique italien sur le point de devenir Président du Conseil accusé d'agression sexuelle par une femme de chambre soudanaise d'un hôtel new-yorkais. Toute ressemblance avec des personnages réels n'est absolument pas fortuite. On ne comprend pas bien les atermoiements de la chaîne qui ne devrait voir dans cette histoire qu'une aubaine en terme d'audience, le potentiel de ce scénario ayant été prouvé par l'intérêt sans faille des Français pour l'affaire. 

M6 elle n'a pas ces scrupules, au contraire. Pour attirer le téléspectateur, la chaîne n'a pas hésité à fabriquer une bande annonce pour le prochain épisode de The Good Wife diffusé ce soir qui fait directement référence à l'histoire du Sofitel en tirant le plus possible l'intrigue en ce sens. L'histoire de cet épisode 5 : un prix Nobel de la paix est accusé d'agression sexuelle dans un hôtel de luxe par une masseuse, qui se rend au cabinet Lockhart, Gardner & Bond pour rencontrer Alicia Florrick. Plan sur une femme de chambre (alors qu'il n'en est à aucun moment question dans le scénario), voix-off appuyée qui souligne les possibles ressemblances entre la fiction et la réalité tout en précisant à la fin que "toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé serait purement fortuite", tout est fait pour faire croire aux téléspectateurs qu'ils vont assister à la reconstitution du scandale qui a coûté sa carrière à l'ex-futur président de la République.