L’ambassade russe en Arménie «regrette» la suspension de diffusion de la radio russe Sputnik en Arménie

384

L’ambassade russe en Arménie a «regretté» jeudi la suspension de la diffusion de la radio russe Sputnik par Erevan à cause de propos «désobligeants» tenus à l’antenne, dans un contexte de tensions entre les deux pays.

La veille, la Commission arménienne chargée de la télévision et de la radio avait déclaré avoir suspendu «pour trente jours» la licence de Tospa, diffuseur de Sputnik Armenia. Elle accuse un présentateur, connu pour ses positions pro-Kremlin, d’avoir utilisé des termes «ironiques et désobligeants» sur l’Arménie et ses habitants, lors d’une émission récente.

Cette décision affecte le «droit inconditionnel de l’auditeur arménien à s’informer avec la source de son choix», a dénoncé l’ambassade russe. Elle a ajouté qu’il s’agissait d’une «concession» faite à ceux voulant voir une «rupture» entre l’Arménie et la Russie. Erevan est traditionnellement allié de Moscou mais leurs relations tournent à l’aigre depuis la reprise militaire de l’enclave séparatiste du Haut-Karabakh, jusqu’alors majoritairement peuplée d’Arméniens, par l’Azerbaïdjan en septembre. Sputnik, qui dépend du groupe Rossia Segodnia, est un média d’Etat russe présent dans plusieurs pays via des radios ou des sites internet. Accusé d’être un instrument de «désinformation» du Kremlin, il a été interdit de diffusion dans l’Union européenne, au Canada et au Royaume-Uni, peu après le début de l’offensive russe en Ukraine en 2022. La Commission arménienne a expliqué avoir pris cette pénalité contre Sputnik en réponse aux termes «ironiques et désobligeants» utilisés par un présentateur, Tigran Kéossaïan, en parlant de l’Arménie et de ses habitants lors d’une émission en novembre.

Les opinions qu’il a exprimées ne correspondent pas à ce qu’un «commentateur politique et présentateur, citoyen d’un autre pays» a le «droit moral» de dire, a-t-elle ajouté. Tigran Kéossaïan a aussi appelé à commettre des «actes illégaux», a indiqué l’institution, sans plus de précision. Ce présentateur russe pro-Kremlin est marié à la rédactrice en chef de la chaîne internationale Russia Today, Margarita Simonian, elle aussi fidèle de la présidence russe. Tigran Kéossaïan et Margarita Simonian sont tous deux d’origine arménienne. Dans une affaire distincte, la Commission a jugé que des propos tenus à l’antenne «ne correspondaient pas à la réalité» et étaient susceptibles de «causer la panique» en Arménie, infligeant une amende de 1.200 dollars. L’Arménie et la Russie traversent une phase de tensions. Erevan juge que Moscou n’a rien fait pour empêcher l’offensive azerbaïdjanaise au Haut-Karabakh en septembre, et a fait connaître son mécontentement.