L’ancien Premier ministre Edouard Philippe va être proposé comme administrateur du groupe informatique Atos

11

L’ancien Premier ministre Edouard Philippe, qui a quitté début juillet le gouvernement après avoir été élu maire du Havre, va être proposé comme administrateur du groupe informatique Atos, ont indiqué le groupe Atos et l’entourage du maire du Havre. «Le Conseil d’administration d’Atos, qui s’est réuni le 14 septembre, proposera la candidature de monsieur Edouard Philippe en qualité d’administrateur, lors de l’assemblée générale qui se tiendra le 27 octobre prochain», a précisé Atos dans un communiqué, confirmant une information du journal les «Echos». «Je suis très heureux de pouvoir apporter à l’entreprise et à son conseil d’administration mon expérience», se félicite M. Philippe, cité dans le quotidien. «C’est pour moi une manière de travailler à nouveau pour l’industrie française et pour un champion européen. Atos a des compétences clefs pour notre pays, au coeur des enjeux digitaux et d’indépendance technologique».Saisie, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a rendu un avis favorable qui devrait être prochainement officialisé pour autoriser l’ancien énarque, âgé de 49 ans, à rejoindre ses nouvelles fonctions, selon «Les Echos». Avant de se lancer en politique, Edouard Philippe a déjà exercé dans le privé puisqu’il été employé par le groupe nucléaire Areva de 2007 à 2010, comme lobbyiste. Nommé Premier ministre le 15 mai 2017, Edouard Philippe avait quitté Matignon le 3 juillet dernier, remplacé par Jean Castex, après avoir été réélu maire du Havre au 2nd tour avec 58,93% des voix. Il a depuis fait une réapparition dans les médias nationaux lundi, sur Europe 1, où il a évoqué les souvenirs de son service militaire et expliqué qu’avec son départ de Matignon, c’est une période de «liberté» qui s’ouvre.  Présent dans 73 pays et se présentant comme un leader international de la transformation numérique, Atos emploie 110.000 personnes et réalise un chiffre d’affaires annuel de 12 milliards d’euros. Pour 2020, le groupe prévoit en raison de la crise économique liée au Covid-19 une baisse de son c.a. organique comprise entre 2 et 4%.