Le blogueur saoudien Hamza Kashgari renouvelle son repentir

81

Le journaliste et blogueur saoudien Hamza Kashgari, détenu sous l’accusation de blasphème sur Twitter, a renouvelé son repentir, a indiqué mercredi un membre de sa famille. Hamza Kashgari, 23 ans, arrêté en Malaisie qui l’a livré à l’Arabie saoudite où il a été placé en détention dimanche, «a répété à sa famille qu’il s’en tenait à son repentir, qu’il avait péché et qu’il regrettait» ses écrits, a déclaré l’un des proches. A son arrivée de Malaisie, «il a informé sa famille, qui a été autorisée (…) à le rencontrer, qu’il se portait bien», a ajouté ce proche, indiquant que sa «famille attend de lui rendre visite et de désigner un avocat pour sa défense». Mardi, un avocat saoudien avait indiqué que le blogueur n’avait pas encore été déféré devant le parquet. «J’espère que ce dossier sera clos avant d’arriver devant le procureur général», avait ajouté Me Abdel Rahman al-Lahem. M. Kashgari, qui travaille pour un journal local, sera poursuivi sous l’accusation d’«apostasie», un crime passible de la peine de mort, avait indiqué lundi le quotidien «Arab News». Il avait publié sur Twitter un message adressé au prophète Mahomet le jour anniversaire de sa naissance, qui tombait le 4 février cette année. «Au jour de ton anniversaire, je ne m’inclinerai pas devant toi (…) j’ai aimé certaines choses en toi mais j’en ai abhorré d’autres, et je n’ai pas compris beaucoup de choses à ton sujet», avait-il écrit. Le comité saoudien des fatwas (édits religieux), présidé par le mufti cheikh Abdel Aziz Al Cheikh avait affirmé que ce tweet constituait «une apostasie». Les propos du jeune homme avaient provoqué une levée de boucliers sur la Toile où des milliers de personnes réclament son exécution. Mais au lendemain de la publication de son texte, Hamza Kashgari s’était repenti sur Twitter.