Le Choeur de Radio France, unique en son genre, fête ses 60 ans

    155

    Le Choeur de Radio France, seule formation vocale professionnelle française à vocation symphonique, a célébré mercredi soir ses 60 ans lors d’un concert à Paris dirigé par trois chefs qui l’ont marqué et par son actuel directeur musical, l’Allemand Matthias Brauer. La Radiodiffusion française a commencé à faire appel à des choeurs dès la constitution dans les années 1930 de ses orchestres, le National (1934) et le Radio-symphonique (1937, futur Philharmonique). Mais il a fallu attendre 1947 pour commencer à parler de «Chorales de la Radiodiffusion nationale», fortes de chanteurs titulaires et appelées à devenir le Choeur de Radio France en 1975. Aujourd’hui, cet ensemble au nombre de chanteurs exceptionnel en Europe (110 membres permanents) accompagne régulièrement les deux orchestres et la Maîtrise de Radio France dans les grandes pages chorales du répertoire (opéras, oratorios, messes, symphonies avec choeur…). Il assume par ailleurs ses propres programmes, a cappella, dans des églises parisiennes: Saint-Eustache l’accueille ainsi pour son concert-anniversaire enregistré par France Musique, qui le diffusera le 31 octobre (10h00). Au pupitre de direction, quatre chefs de choeur, quatre tempéraments, quatre répertoires du XVIIème au XXème siècle. Norbert Balatsch, invité récurrent du Choeur de Radio France depuis plusieurs années, ouvre le concert avec quatre motets de l’Autrichien Anton Bruckner. Le Viennois maîtrise ce répertoire, mais le relief qu’il lui donne devient très massif avec un effectif aussi pléthorique. En outre, l’acoustique fuyante de Saint-Eustache trahit les limites du pupitre de sopranos, dont les aigus s’effilochent. Autre invité régulier, le Russe Vladislav Tchernouchenko s’exprime lui aussi dans son idiome en dirigeant des pièces du compositeur du XXème siècle Georgy Sviridov, au langage archaïsant d’inspiration profane ou sacrée. Plus que les oeuvres, c’est le fondu sonore obtenu par le chef, qui a pris soin de mélanger les pupitres, qui suscite l’intérêt.