Le gouvernement russe recule sur un projet de loi menaçant pour le géant de l’internet Yandex

52

Le gouvernement russe a proposé d’assouplir les modalités d’un projet de loi visant à restreindre l’accès des investisseurs étrangers aux entreprises technologiques du pays, soulageant lundi le géant de l’internet Yandex, qui s’était effondré dix jours auparavant en Bourse. Cette loi, en cours d’examen au parlement russe, prévoyait initialement de limiter à 20% les parts étrangères dans les «ressources d’information significatives», ce qui avait provoqué le 11 octobre une dégringolade des actions du fleuron russe de l’internet Yandex. Le gouvernement propose désormais de porter la limite à 50% plus une action, selon les agences russes. Cet assouplissement a soulagé Yandex à l’ouverture de la Bourse de Moscou, où les actions du groupe avaient bondi de 7% à 08h30 GMT.Mais cela n’a pas suffi pour retrouver les niveaux d’avant le 11 octobre, lorsque le cours de Yandex avait perdu près de 20% en quelques heures à New York et Moscou. Yandex est le premier moteur de recherche de Russie, surnommé le «Google russe», et une des grandes réussites du pays des deux dernières décennies. Le groupe, légalement enregistré aux Pays-Bas, a une trentaine de bureaux dans le monde. Il est coté à New York depuis 2011. Près de 85% des actions du groupe sont flottantes sur le Nasdaq. La patronne de Yandex, Elena Bounina, avait vertement critiqué le projet de loi, affirmant dans les colonnes du quotidien économique Vedomosti qu’il limiterait l’accès des entreprises russes aux marchés financiers internationaux et constituait donc une discrimination à leur encontre.