Le nombre de films français produits est reparti à la hausse en 2023

151

Le nombre de films français produits est reparti à la hausse en 2023, retrouvant ses niveaux d’avant la crise sanitaire, mais la part des réalisatrices enregistre un léger recul, selon le bilan publié lundi par le Centre national du cinéma (CNC). Au total, le nombre de films a progressé de 3,8% avec 298 films agréés sur l’année par le CNC, comptabilise son bilan annuel de la production. Après un trou d’air dû au Covid-19 en 2020, puis un rattrapage l’année suivante, la production cinématographique retrouve ses niveaux atteints avant la crise sanitaire. La part des réalisatrices reste très minoritaire et recule même sur un an: les cinéastes produits sont à 71,7% des hommes et 28,3% des femmes en 2023 contre respectivement 69,2% et 30,7% en 2022, un niveau record. Malgré tout, la parité progresse à long terme et la part des femmes réalisatrices de longs-métrages «reste dans la fourchette haute des dix dernières années», selon ce bilan. Elles n’étaient que 17,5% de réalisatrices il y a vingt ans et 20,8% il y a dix ans. Côté financier, les investissements sont en forte hausse, pour un budget moyen de 4,78 millions d’euros. Les trois plus gros films français de l’année ont tous été dirigés par des hommes: «Le Comte de Monte-Cristo», de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, avec Pierre Niney dans le rôle du héros d’Alexandre Dumas (42,9 millions d’euros de budget), un biopic en deux volets sur Charles de Gaulle, d’Antonin Baudry (plus de 37 millions d’euros par volet), et «l’Amour ouf» de Gilles Lellouche, avec le duo Adèle Exarchopoulos et François Civil (35,7 millions d’euros).