Les syndicats de journalistes pour une loi sur l’indépendance des rédactions

    146

    Les syndicats de journalistes (SNJ, SNJ-CGT, USJ-CFDT, SJ-CFTC, SPC-CFE-CGC, SJ-FO), unis pour la première fois depuis quinze ans, ont présenté jeudi une série de propositions visant à garantir par la loi l’indépendance des rédactions. Cette initiative a été présentée lors d’un débat sur le sujet réunissant une centaine de journalistes en soirée à Paris. Les syndicats de journalistes souhaitent notamment que l’équipe rédactionnelle soit «obligatoirement consultée» avant et lors de la nomination du responsable de la rédaction, qui devra lui présenter son projet. La rédaction pourra alors s’opposer à sa nomination ou à son projet, selon le souhait des syndicats. Ils demandent également que la rédaction soit «obligatoirement consultée» par la direction sur «tout changement de politique éditoriale ou rédactionnelle». «Si la gravité de la situation l’exige», les syndicats proposent que l’équipe rédactionnelle puisse «prendre l’initiative d’un scrutin de défiance» et ait la faculté de «saisir le comité d’entreprise». En cas de non-respect de ces dispositions, les diverses aides publiques dont bénéficie l’entreprise de presse seraient «suspendues». Par souci de transparence, les syndicats demandent également que les entreprises de presse soient obligées de publier «toutes les informations relatives à la composition de leur capital et de leurs organes dirigeants» chaque année, ainsi qu’à chaque changement dans le statut, l’organigramme ou la composition du capital. Ils souhaitent aussi que soient mentionnés dans chaque numéro les noms des principaux dirigeants et actionnaires.