L’IGF critique la gestion de l’Audiovisuel extérieur

111

Un rapport de l’Inspection générale des finances, publié sur son site Internet, critique la gestion de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), jugeant que des mesures d’économies sont nécessaires face à «une zone d’incertitude budgétaire» de 55 millions d’euros pour 2011-2013. Le diagnostic financier est sévère: «plusieurs irrégularités ont été constatées» concernant «des contrats passés ou des versements réalisés par l’AEF», qui rassemble TV5 Monde, Radio France Internationale et France 24, constate d’abord l’IGF. L’AEF «n’est parvenue à poursuivre son développement» que grâce à «des versements exceptionnels de l’Etat, pour un montant total supérieur à 100 millions d’euros sur la période 2009-2011», relève-t-elle ensuite. Par ailleurs, «les hypothèses sur lesquelles repose le plan d’affaires pour 2011-2013 restent probablement trop optimistes», juge le rapport. Au total, «les investigations de la mission font apparaître une zone d’incertitude budgétaire portant sur près de 55 millions d’euros pour la période 2011-2013», indique-t-il. Pour l’IGF, ce constat «invite à appliquer un «principe de précaution budgétaire» et à mobiliser préventivement les gisements d’économies latents au sein du budget de l’AEF». Parmi les pistes conseillées, l’IGF recommande de «rationaliser» les coûts de diffusion et de distribution», suggère que «des scénarios de maîtrise de la masse salariale» pourraient être «mis à l’étude» et que «les complémentarités entre TV5 Monde et les autres composantes de l’AEF devraient être mieux exploitées».